En haut !

La mer sans étoiles : une merveille, une pépite, que dis-je ? un coup de foudre

[Carozine dévore le roman La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN]

Carozine lit le roman La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN
Il y a fort fort longtemps, ou du moins, en un temps bien avant le confinement et qui sonne donc comme une autre époque, je recevais dans ma boîte aux lettres un roman à la couverture ondulante faite de vagues bleues irisées et accompagné d'un petit pot de miel (- Intriging!) et d'autocollants d'abeilles qui ont rapidement trouvé place sur le casque vélo de la Crevette (- What?! Sacrilège ! Crime de lèse Queen Mother! - Oui, je sais.)... Ceci est ma chronique d'un autre temps pour vous parler de ce roman fantastique qui sort (enfin !) jeudi prochain en librairie.

Je vous préviens tout de suite, il s’agit là d’une chronique un peu particulière. Primo, parce que je la rédige alors que je viens de terminer ma lecture et que nous sommes en confinement depuis un mois, maintenant, et qu’il est normalement prévu que nous ne le soyons plus à la date de sortie en librairie de ce roman étonnant qu’est La mer sans Étoiles d’Erin Morgenstern (puisque la date a été repoussée). Deuxio, parce que je ne suis pas certaine que cette chronique soit parfaitement compréhensible tant j’ai du mal à recoller les morceaux. Quoique. Je n’ai pas tant de mal que cela. Mais par quel bout commencer sans trop en divulguer, là, c’est une autre histoire. Et comme je n’ai pas vraiment de tertio, nous pouvons poursuivre tranquillement là où j’ai laissé mes abeilles : au centre de la ruche de La mer sans Étoiles. Alors, Erin Morgenstern, personnellement, je n’en avais absolument jamais entendu parler. Mais alors pas du tout. Mais d’aucuns la rapprochant de J.K Rowling et de Lewis Caroll, forcément, j’étais intriguée et il fallait que je creuse la question. Ou la réponse, au choix. C’est chose faite et je suis littéralement sous le charme. Alors, je vous emporte à mon tour sur les rivages mielleux de La mer sans Étoiles, pour une histoire merveilleuse.

Il y a un pirate dans la cave.
(Le pirate est une métaphore, mais en même temps une personne.)
(La cave pourrait très bien être un cachot.)
Le pirate a été placé là en raison de nombreux actes de piraterie considérés comme des crimes dignes de châtiment par les non-pirates qui décident de ces choses-là.
Quelqu’un avait dit de jeter la clef, pourtant elle est pendue par un anneau rouillé à un crochet sur le mur adjacent. La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN

La mer sans étoiles : un jeune homme face à une histoire désirant une fin

La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN [ed. Sonatine]
Un pirate croupit au fin fond d’une cave humide où une jolie fille téméraire lui apporte à manger et, avant de l’aider à s’évader, lui demande une histoire. Dans un port de la mer sans Étoiles, véritable labyrinthe de livres, de légendes et d’histoires, une disciple s’apprête à rejoindre les rangs silencieux de ses camarades en acceptant une abeille. Et, dans une université du Vermont, Zachary Ezra Rawlins, fils de la voyante, découvre un étrange livre, échappant à tout référencement, dans les rayons obscurs de la bibliothèque universitaire. Doux chagrin est un livre qui l’intrigue d’autant plus que l’un de ses chapitres lui est consacré. Parce qu’il raconte un épisode de son enfance : alors qu’il rentrait chez lui par une ruelle, une porte s’est affichée sur un mur. Une porte magnifiquement peinte. Avec une abeille, une clef et une épée. Une poignée qui ne demandait qu’à être actionnée. Mais Zachary a laissé son esprit rationnel prendre le dessus. Et il est passé à côté de la porte. Passant ainsi à côté de la mer sans Étoiles. Pour l’instant. Car le Zachary plus vieux veut absolument rattraper cette erreur et se lance alors dans une quête folle pour trouver un port, une mer sans Étoiles et une bibliothèque d’où aurait été sorti ce Doux chagrin.

Loin sous la surface de la terre, à l’abri du soleil et de la lune, sur les rivages de la mer sans Étoiles, se trouve un labyrinthe de tunnels et de pièces remplies d’histoires. Des histoires écrites dans des livres, enfermées dans des bocaux, peintes sur les murs. Des odes imprimées sur la peau ou sur des pétales de roses. Des contes gravés sur les carreaux du sol, certains passages effacés sous les pas. Des légendes sculptées dans le cristal des lustres. Des histoires cataloguées, entretenues, vénérées. Les plus anciennes préservées tandis que de nouvelles poussent autour d’elles. La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN

La mer sans étoiles : un roman tiroir qui envoûte et englue

La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN [ed. Sonatine]
Et c’est ainsi que les trois premiers chapitres du roman La mer sans Étoiles (qui sont également les premiers chapitres de Doux chagrin…. « - Bizarre, vous avez dit bizarre ») m’ont envoûtée et m’ont transportée dans un monde absolument fantastique. Une imagination délirante et palpitante. Je suis tombée sous le charme de l’écriture limpide et mélodieuse d’Erin Morgenstern. Et encore plus de son histoire qui nous emporte dans des méandres mielleux, ouvrant une infinité de possibles et nous laissant peu à peu recoller les morceaux. Remettre les choses en place. Reprendre le cours du Temps. Et lâcher prise à nouveau pour se laisser porter par les talents de conteuse d’Erin Morgenstern. Et, en effet, son imaginaire n’a pas à pâlir d’une comparaison avec J.K Rowling et Lewis Caroll : des livres que l’on peut lire sans lunettes, des bonbons qui font exploser des histoires dans la tête de la personne qui les dégustent… et bien plus encore. La mer sans Étoiles est un roman formidablement onirique et Erin Morgenstern y tisse une toile fascinante dans laquelle il est si agréable de se laisser prendre. Et peut-être que je me surprendrai à chercher les contours flous d’une porte sur les murs, à présent. Ou à tendre l’oreille quand je croiserai le chemin d’une abeille. La mer sans Étoiles est une lettre d’amour à tous les amateurs de contes, d’histoires et à tous ceux qui savent les raconter. Alors, oui, on est souvent désorienté à la lecture de La mer sans Étoiles. Mais j’aime ça. Oublier de chercher l’intrigue ou le pourquoi du comment et se laisser bercer par la narration. Être obsédée par un roman jusque dans mes rêves qu’il a imprégnés. Et accepter de ne pas avoir toutes les réponses. La mer sans Étoiles est une lecture fantaisiste et magique, envoûtante et formidablement symbolique. Un joli coup de foudre.

Il était une fois un marchand qui parcourait le monde pour vendre des étoiles.
Il en avait de toutes sortes. Des étoiles déchues, des étoiles perdues et des fioles de poussière d’étoile. De délicats morceaux d’étoiles pendus à de fines chaînes à porter autour du cou, ou de spectaculaires spécimens à exposer sous verre. Des fragments d’étoiles qu’on achetait pour offrir à l’être aimé, tandis que la poussière était répandue sur des sites sacrés ou incorporés à des pâtes à gâteau pour jeter des sorts. La mer sans étoiles - Erin MORGENSTERN

Les détails du livre

La mer sans étoiles

Auteur : Erin MORGENSTERN
Traducteur : Julie SIBONY (V.O: The Starless Sea)
Éditeur : Sonatine
Prix : 23,00 €
Nombre de pages : 643
Parution : 15 octobre 2020

Acheter le livre


La Mer sans Etoiles

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Mon Ántonia : pépite américaine.

. 10 octobre 2020. Caroline D.