En haut !

Jefferson : fable policière captivante

[Carozine dévore le roman Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT]

4 Mars 2018

Carozine lit le roman Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT ; illustrations d'Antoine RONZON
Après cette semaine de reprise qui ne fut finalement pas aussi pépère que je ne l’escomptais, je reprends le fil des chroniques avec un roman jeunesse fraîchement sorti en librairie (le 1e mars, pour être ultra précise) : Jefferson, d’un auteur que je ne connaissais absolument pas (et vu la liste longue comme le bras de ses oeuvres et des prix reçus, il semble que ce soit un sérieux outrage à la littérature contemporaine que d’être passée à côté aussi longtemps, mais passons), Jean-Claude Mourlevat. Nous restons donc du côté des juniors (mais une avalanche de lectures pour les rase-bitume se prépare, je vous préviens tout de suite) avec un thème qui ne pouvait que me plaire, mais si je commence déjà à brûler les étapes, nous ne sommes pas sortis de la bergerie. Allez, hop, Prosper, on enfile son ciré jaune et on se glisse entre les pages du roman Jefferson.

Le jeune hérisson Jefferson Bouchard de la Poterie acheva de ranger son logis en chantonnant des petits pom… pompom… pompom… à la façon des gens qui sont de très bonne humeur. Quand tout fut parfaitement en ordre, la balayette époussetée à la fenêtre et la pelle à ordures raccrochée à son clou, il programma son four afin que ses pommes de terre à la crème soient cuites à point pour son retour. Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT

Jefferson : un hérisson et un cochon à l’attaque du monde des humains

Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT - illustrations d'Antoine RONZON [ed. Gallimard Jeunesse]
Jefferson Bouchard de la Poterie est un jeune hérisson propret, voire un ch’touille maniaque. De bon matin et par une belle journée d’automne, il décrète que, non, vraiment, il n’est plus possible de se trimballer avec cette houpette qui manque se transformer en banane. Il enfile alors ses vêtements et se rend au salon de coiffure Défini-Tif, tenu par Edgar le blaireau… en chemin, après avoir manqué se faire écraser par deux humains engoncés dans une petite voiture lancée à vive allure, il a tout le temps de rêvasser au massage du cuir chevelu que lui prodiguera la ravissante Carole. Sauf que pas de bol : il trouve le blaireau raide mort et affalé au sol, une paire de ciseaux plantée dans son torse. (Et re) sauf que voilà : c’est précisément le moment que choisit une chèvre qui roupillait profondément sous son casque chauffant pour se réveiller et prendre notre pauvre hérisson pour l’assassin. Effrayé, Jefferson fuit et s’apprête à rentrer chez lui quand son meilleur ami, Gilbert le cochon, lui explique que non, non, en fait, il vaudrait mieux qu’il reste planqué un petit moment. Mieux. Les deux compères décident d’aller mener l’enquête dans le monde des humains.

La chèvre dormait ferme sous son casque, la bouche entrouverte sur un dentier impeccable, un mince filet de salive descendait au ralenti sur son menton. Elle semblait flotter dans une douce béatitude. Peut-être rêvait-elle de ses arrière-petits-biquets.
Jefferson contourna le premier fauteuil tournant qui était vide de tout occupant et ce qu’il vit d’abord, ce furent les deux chaussures crème de M. Edgar, pointées vers le plafond. Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT

Jefferson : plaidoyer vibrant et captivant

Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT - illustrations d'Antoine RONZON [ed. Gallimard Jeunesse]
Et voilà qui sonne le début des aventures de nos deux amis, qui s’engagent dans un voyage organisé avec vingt-sept autres animaux pour découvrir le (fantastique ?) monde des humains. Et, de mon côté, j’ai été charmée par la plume alerte et fluide de Jean-Claude Mourlevat qui dispose d’une jolie voix de conteur. L’intrigue de Jefferson est rondement menée et ne manque pas de rebondissements… sans oublier les deux personnages particulièrement attachants, à la personnalité fine et travaillée, et qui ne manquent pas de courage pour faire face à leur quotidien volant en éclat. Le tout fait du roman Jefferson une jolie fable policière (eh oui ! qui, mais qui a donc osé assassiner lâchement Edgar le blaireau ? Et pourquoi ce petit blaireau si tranquille passait-il autant de temps dans la ville humaine de Villebourg, à sept heures de route de son village animalier, et sous un nom d’emprunt ? Mystère et boule de gomme !), que Jean-Claude Mourlevat tourne délicatement (mais de manière relativement ferme) en plaidoyer pour la cause animale. Forcément, ça me botte. Surtout quand l’écrin en vaut le coup et c’est le cas. Jefferson est un roman enlevé, non dépourvu d’humour, plein de tendresse et poussant à une réflexion très adulte sur notre rapport aux animaux. Bref, un roman junior coup de coeur.

Était-ce la solitude ? En tout cas, il remarqua plus que jamais que certains humains le considéraient avec amusement, quand ce n’était pas avec un air moqueur. Les enfants en particulier ne se gênaient pas pour le dévisager. Il faisait la même taille qu’eux et sa tête de hérisson devait leur plaire. L’un d’eux demanda même à voix haute :
—Il a un masque, le garçon ? Jefferson - Jean-Claude MOURLEVAT

Les détails du livre

Jefferson

Auteur : Jean-Claude MOURLEVAT
Illustrateur : Antoine RONZON
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Prix : 13,50 €
Nombre de pages : 272
Parution : 1 mars 2018

Acheter le livre


Jefferson

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure.... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Une famille aux petits oignons, l'intégrale 1 & 2 : les Jean-Quelque-Chose sont de retour (roman junior coup de ♥).

. 4 mars 2018. Caroline D.