En haut !

Les Puissants, T.2, Égaux : le Young Adult a son Game of Thrones

[Carozine dévore le roman Les Puissants, tome 2, Égaux - Vic JAMES]

27 Mai 2018

Carozine lit le roman Les Puissants, T.2, Égaux - Vic JAMES
Après une micro-sieste qui m’a laissé le neurone brumeux (et je vais faire une digression, mais, parmi les choses qui me surprennent et auxquelles je ne m’attendais pas après la naissance de ma fille, il y a cette capacité à ne dormir que 3h par nuit mais à toujours tenir debout… un exploit pour une fille qui avait besoin de 8h de sommeil auparavant), je m’attaque à la chronique du jour (bonjour !) : celle du roman de Vic James, Les Puissants, tome 2, Égaux. Bon. Forcément, qui dit « tome 2 » entend qu’il y a eu un tome 1 quelque part. Eh oui. Le neurone a beau être brumeux, il faut rester logique, n’est-il pas. Bref. Le premier tome de la série imaginée par Vic James date d’il y a pile un an : Les puissants, tome 1, Esclaves m’avait plutôt enthousiasmée. On y découvrait une famille de roturiers, les Hadley, au tout début de leurs dix ans d’esclavage (eh oui, car dans la Grande-Bretagne de Vic James, chaque personne née sans Don et donc non Égal doit donner dix ans de sa vie aux Égaux), mais les choses ne se passaient pas tout à fait comme prévu : Luke se retrouvait séparé de sa famille et contraint d’aller dans la ville industrielle et violente de Milmoor, pendant que le reste de la famille intégrait le domaine de Kyneston, où siège la toute puissante famille Jardine.

Jenner arrêta son étalon, qui trépigna et renâcla dans l’ombre longue et d’un noir bleuté des arbres. Il ne l’avait pas ménagé.
Il jeta un coup d’oeil à la grande maison derrière lui. Kyneston scintillait dans l’obscurité. Il ne voulait pas qu’un membre de sa famille assiste à sa réussite. Ou à son échec.
Mais c’était la dernière chance d’Abi. Il ne pouvait pas échouer. Les Puissants, tome 2, Égaux - Vic JAMES

Les Puissants, T.2, Égaux : en avant vers la liberté (ou presque)

Les Puissants, T.2, Égaux - Vic JAMES [ed. Nathan]
Bon, sans vouloir vous dévoiler toute l’intrigue du premier tome, nous retrouvons Luke en fâcheuse position : après les émeutes de Milmoor et l’assassinat du Chancelier (contre sa volonté, puisqu’il agissait sous l’influence du Don), il est remis au machiavélique Lord Crovan, dont la réputation sulfureuse ne laisse rien présager de bon pour le jeune homme. Et son arrivée dans le château écossais, entouré d’un loch à l’eau faite d’acide, a de quoi le laisser perplexe. De son côté, sa soeur aînée, Abi(gail), en apprenant le sort de Luke, prend la poudre d’escampette alors qu’elle et ses parents sont envoyés à Milmoor. Elle tente de rejoindre le Dr. Jackson (qui est bien mal en point) et la petite troupe de rebelles, afin de les convaincre de libérer Luke.

Il porta les doigts à son cou et le sentit. Cette bande plate, tiède comme de la chair, tendue comme de la peau.
En face de lui, Arailt Crovan l’observait, les yeux cachés derrière des lunettes rondes. L’inclinaision de sa tête rappelait celle d’un oiseau examinant un ver de terre.
La lumière dorée ne venait pas de lui, mais de l’extérieur de l’appareil. Après avoir lancé un coup d’oeil méfiant à l’Égal, Luke se pencha en avant, tirant sur sa ceinture de sécurité pour regarder dehors.
C’était un lever de soleil en fusion d’une telle beauté qu’il en eut le souffle coupé. Les Puissants, T.2, Égaux - Vic JAMES

Les Puissants, T.2, Égaux : une suite moins emballante

Les Puissants, T.2, Égaux - Vic JAMES [ed. Nathan]
Donc oui. Quand je dis que le Young Adult a son Game of Thrones, je me la joue un peu à la marseillaise. Parce que bon. Disons qu’il y a la violence, le sexe, voire l’inceste. Mais que la comparaison s’arrête là. Et si le premier tome de la série de Vic James m’avait intriguée et même enthousiasmée, le second volume, Les Puissants, Égaux, m’a un poil ennuyée. Car Vic James a introduit ce qui manquait au premier tome : un contexte historique (et géopolitique). Ce qui, en soi, serait d’enfer si les raccords ne tombaient pas un peu comme un poil de fesse dans un bol de soupe ; ils sont parfois intégrés plutôt maladroitement, ce qui plombe un peu le récit. En revanche, l’intrigue principale, même si elle souffre d’un fort souci de bien pensance (et est donc forcément un peu rabat-joie), reste rythmée et bien menée ; l'ensemble est plus sombre que le premier volume, nettement plus violent. Au niveau des personnages, l’intrigue se déplace légèrement et accentue le rôle de l’héritière Bouda… au détriment de Silyen, ce qui est dommage car il reste le plus intrigant des héros de la saga Les Puissants, car imprévisible et non conventionnel. En revanche, Vic James maintient un trouble plutôt séduisant sur les personnalités des frères Jardine. Donc voilà. Si je résume la situation : j’ai été un peu déçue par Les Puissants, tome 2, Égaux, dont l’intrigue est intéressante (notamment avec le développement du Don et , surtout, son transfert d’un Doué à un autre) mais souffre de certaines faiblesses.

N.B. : il m’aura donc fallu une semaine entière pour réussir à pondre cette chronique car, même si j’ai appris à faire un tas de choses avec la main gauche (dont manger des spaghetti… bon, ma fille a récupéré dans les cheveux des oignons, de la tomate, des courgettes et autres morceaux de sauce), je n’ai pas réussi à me résoudre à ne taper que d’une seule main.

Pourtant, elle n’avis jamais imaginé que ce serait aussi éblouissant. L’approche du soir étirait les rayons du soleil, et le loch scintillait et étincelait. Les meurtrières formaient comme des blessures dorées dans la peau noire du château, d’où gouttait un sang rougeoyant. Comment un endroit aussi magnifique pouvait-il abriter une telle cruauté ? Les Puissants, T.2, Égaux - Vic JAMES

Les détails du livre

Les Puissants, tome 2, Égaux

Auteur : Vic JAMES
Traducteur : Julie LOPEZ
Éditeur : Nathan
Prix : 17,95 €
Nombre de pages : 460
Parution : avril 2018

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure.... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : La Chanson d'Orphée : le mythe revisité (roman young adult).

. 27 mai 2018. Caroline D.