En haut !

La voix des ombres : fantastique et enchanteur

[Carozine dévore le roman ado La voix des ombres - Frances HARDINGE - dès 13 ans]

Carozine lit le roman La voix des ombres - Frances HARDINGE
At last! Oui ! J’ai enfin réussi à terminer ma lecture du nouveau roman jeunesse de Frances Hardinge : La voix des ombres. Alors, présenté comme cela, on pourrait croire que ce fut une lecture fastidieuse. Mais que nenni ! Au contraire (filet mignon) (oui, je sais, sortir Megamind comme référence culturelle n’est pas forcément très intellectuel, mais on a les références que l’on peut !). Il s’agit juste, une nouvelle fois, d’une sinistre question de manque de temps. Et pourtant, j’étais en vacances. Oui, mais je me suis transformée en infirmière émérite pour petit bout qui a décidé de nous sortir la totale : otite doublée d’une angine à laquelle on ajoute une gastro bien sentie. J’ai les yeux entourés de cernes à force de passer mes nuits à la bercer et j’ai du mal à trouver mes mots, mais qu’à cela ne tienne, tandis qu’elle essaie de rattraper ses nombreuses heures de sommeil en retard, j’ai décidé de vous parler de cette nouvelle merveille signée Frances Hardinge (dont j’avais déjà adoré la précédente pépite littéraire qu’était son roman jeunesse L’île aux mensonges. On change radicalement d’atmosphère avec le roman jeunesse La voix des ombres : on file entre les pages de l’Histoire britannique. Allez, hop-la-boum, on saute en pleine guerre de religion alors que le typhus sévit et décime les populations affaiblies.

Aussi loin que remontaient les souvenirs de Makepeace, elles avaient toujours vécu à Poplar, une bourgade animée qui était presque une ville. Elle ne pouvait imaginer le monde sans les relents de poix et de fumée de charbon s’élevant des chantiers navals pleins de fracas, les peupliers bruissants qui avaient donné son nom à la cité, et les marais verdoyants où paissaient les troupeaux. La voix des ombres - Frances HARDINGE

La voix des ombres : une jeune fille face à la fin du monde

La voix des ombres - Frances HARDINGE [ed. Gallimard Jeunesse]
Makepeace est une toute jeune fille vivant dans la petite ville de Poplar, non loin de Londres, avec sa mère, Margaret. Toutes deux sont logées chez la tante de Makepeace, seul refuge que soit parvenue à trouver sa mère quand elle a fui la famille du père de Makepeace. Depuis certains temps, cette dernière doit faire face à d’étranges cauchemars où elle se trouve assaillie par des fantômes souhaitant pénétrer son âme. Dans la ville pieuse de Poplar, ce genre de phénomène est plutôt malvenu. Alors Margaret prend le taureau par les cornes et laisse sa fille passer plusieurs nuits, seule, dans le cimetière de la ville, dans le but de l’aider à lutter contre les fantômes. Malheureusement, les secrets que Margaret garde jalousement viennent s’ajouter à ces nuits terrifiantes : Makepeace devient vigilante, féroce et déterminée. Elle veut savoir qui est son père. Elle veut connaître son histoire. Et, tandis que l’Angleterre se divise entre Parlement et soutien au roi Charles 1e, Makepeace échappe à la surveillance de sa mère lors d’une sortie à Londres pour vendre de la dentelle et se retrouve prise dans une révolte d’apprentis. Sa mère y trouvera la mort. Et Makepeace, terrassée par la culpabilité tentera de la retrouver après avoir entendu parler d’un fantôme vengeur ayant attaqué des clients d’une taverne. Ce ne sera pas sa mère qu’elle trouvera, mais un ours furieux qui s’installera en elle, sans qu’elle n’en ait conscience… jusqu’à ce que sa tante ne la rende à la famille de son père et qu’elle n’entre sur le territoire de l’effrayante famille Fellmotte, le domaine de Grizehayes.

Comme les autres fois, Makepeace rêva d’une pièce sombre et étroite, au sol de terre battue et aux murs de pierres noires semblant roussies par le feu. Elle essayait de fermer les volets pour empêcher le clair de lune de s’insinuer à l’intérieur. Il fallait qu’elle le repousse, car il bruissait de chuchotements. Mais les volets fermaient mal et le loquet était cassé. De l’autre côté de la fente s’ouvrait la nuit blême, où les étoiles luisaient et vacillaient comme des boutons mal cousus. La voix des ombres - Frances HARDINGE

La voix des ombres : roman fantastique (élastique)

La voix des ombres - Frances HARDINGE [ed. Gallimard Jeunesse]
Le fantastique est décidément un terrain de jeu que Frances Hardinge maîtrise à la perfection. Si dans L’île aux mensonges l’ambiance victorienne m’avait enchantée dès les premières pages, j’ai été un poil désarçonnée par les premières pages du roman jeunesse La voix des ombres, car plus abruptes, plus mystérieuses. J’ai eu un peu de mal à appréhender l’époque et le personnage de Makepeace… mais cela n’a duré que quelques pages. J’ai ensuite été emportée avec délectation par la plume toujours aussi érudite et mélodieuse de Frances Hardinge. Car, comme dans son précédent roman, Frances Hardinge fait une nouvelle fois le choix de ne pas sombrer dans la facilité, et de privilégier l’intellect aux émotions brutes (bien que le roman La voix des ombres n’en soit pas dépourvu, loin de là). Frances Hardinge aime analyser et décortiquer l’âme humaine, sans pour autant s’y abandonner intégralement. Cela donne un roman jeunesse parfaitement équilibré entre psychologie fine et action, suspense et émotions. Un mélange qui fonctionne à merveille. Avec La voix des ombres, Frances Hardinge nous livre un roman jeunesse enchanteur et pénétrant, tendre et mélancolique avec un soupçon d’ambiance gothique, un roman d’apprentissage non dénué d’humour et de tendresse. Une petite merveille que j’ai adorée découvrir.

Beaucoup de choses peuvent changer en deux ans et une saison.
Il suffit de vingt-sept mois pour s’imprégner totalement d’un endroit. Ses couleurs deviennent la palette de votre esprit, ses bruits votre musique intime. Vos rêves se déroulent à l’ombre de ses falaises ou de ses clochers, vos pensées sont encadrées par ses murs.
Les humains sont des animaux étranges, capables de s’adapter et finalement de s’habituer à tout, même à l’impossible ou à l’insupportable. La voix des ombres - Frances HARDINGE

Les détails du livre

La voix des ombres

Auteur : Frances HARDINGE
Traducteur : Philippe GIRAUDON (A Skinful of Shadows)
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Prix : 19,90 €
Nombre de pages : 512
Parution : 24/01/2019

Acheter le livre


La Voix des ombres

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Les sorcières du clan du Nord, tome 2, La reine captive : prophétie et destin.

. 1 mars 2019. Caroline D.