En haut !

Les jurons du capitaine Haddock : moule à gaufres

Carozine analyse les jurons du capitaine Haddock : moule à gaufres
Après un bref détour historique avec le jarnicoton (diablement divertissant, il faut bien l'avouer) cher à notre brave et pieux Henri IV qui se refusait à insulter Dieu, Carozine revient à ses amours de jeunesse, qui l'amusèrent follement tandis qu'elle en faisait une petite collection, recueillie au cours de ses lectures de Tintin, ensuite envoyée par courrier à sa meilleure amie restée dans la grisaille parisienne... sur l'enveloppe afin d'en faire profiter le facteur (car c'est bien connu les facteurs lisent tout ce qui leur tombe sous les yeux, votre grand-mère ne vous le répétera jamais assez, c'est d'ailleurs bien pour cela que les cartes postales mettent tant de temps à vous parvenir) : les jurons du sanguin capitaine Haddock et son (très) emblématique moule à gaufres. Moule à gaufres peut sembler, de prime abord, plus guilleret et plus sympathique qu'un bien senti "bougre de faux jeton à la sauce tartare" ou qu'un "bachi-bouzouk", toutefois, en le regardant de plus près, le moule à gaufres n'est pas franchement plus agréable... loin de là.

Moule à gaufres : de l'argot chez Hergé

Moule à gaufres [les jurons du capitaine Haddock]
Certes, pour créer un personnage aussi gonflant que Tintin, il est fort probable que monsieur Hergé possédait une partie bien rabat-joie composant sa personnalité complexe. Heureusement, Hergé fut sauvé de l'ennui mortel qu'il aurait pu causer à des milliers de lecteurs par un petit grain de folie qu'il semble posséder et qui donna naissance aux inénarrables Dupont et Dupond, au loufoque professeur Tryphon Tournesol, à la stridente Castafiore et surtout au tempétueux (et porté sur la bouteille) Capitaine Haddock... Alors forcément, au vu de ce petit grain de folie, il fallait bien se douter que le moule à gaufre (ou moule à gaufres pour les gourmands et surtout pour être correcte) vociféré par un capitaine Haddock excédé n'avait certainement aucun lien avec d'éventuelles et délicieuses gaufres cuisinées par une mamie gâteaux et dont l'utilisation en période de crise aurait pu être une sorte de madeleine de Proust, non non. Trop mièvre pour l'exubérant capitaine Haddock qui n'a peut-être jamais eu de mamie gâteaux, le pauvre, dans sa petite enfance et il fallu donc orienter les recherches concernant le "moule à gaufres" vers la langue argotique.
Ah ! Mais oui, braves gens, l'argot continue d'abreuver notre langue française d'expressions colorées et imagées, le moule à gaufres en faisant indéniablement partie. En argot, la gaufre prit plusieurs significations : nourriture, entre autres, mais surtout visage avec l'expression "se sucrer la gaufre", à savoir se poudrer la figure. Soit. Mais notre "moule à gaufres" dans tout cela ? Qu'en est-il vraiment ?

Moule à gaufres : le retour de la petite vérole

Les jurons du capitaine Haddock : moule à gaufres
Rien de plus facile, avec un peu d'imagination : vous visualisez une gaufre fraichement cuisinée et pas encore recouverte de sucre glace ou de confiture ? Vous voyez ces petits trous imprimés à la pâte par le moule à gaufres ? Parfait. Eh bien, maintenant, empoignez votre moule à gaufres et abattez-le sur un visage ; c'est, très schématiquement, ce que fit la petite vérole en laissant d'irrégulières cicatrices sur les visages des personnes l'ayant contractée. Cela est, certes, moins appétissant qu'une gaufre bien chaude et dorée, mais la ressemblance y est, n'est-il pas, docteur Watson ?
Moule à gaufres fut donc une expression populaire, argotique et fort peu sympathique pour désigner un visage frappé par la petite vérole... puis remise au goût du jour par notre cher capitaine Haddock. Piaffant d'impatience de faire une petite digression mafieuse et people, voici donc un petit secret : Lucky Luciano, que nous avons rencontré dans la série Boardwalk Empire sur la prohibition, fut atteint de petite vérole à l'âge de dix ans, avant de quitter sa Sicile natale pour s'installer à New-York. Le monde n'est-il pas un mouchoir de poche ?!

Moule à gaufres : une intelligence remise en cause

Les jurons du capitaine Haddock : moule à gaufres
Digression faite, quelques dérivations de la langue française amenèrent également le "moule à gaufres" à désigner un abruti fini, un parfait nigaud, un niaiseux comme diraient nos amis canadien, un ravi de la crèche, un glandu con comme la lune (j'ai d'autres expressions synonymes sous la main mais là n'est point le but de cet article). Et voici donc un morceau de la litanie éruptive du capitaine Haddock décortiqué pour que vous puissiez étoffer votre éventail d'insultes d'un singulier "moule à gaufres" si un goujat écrase le bout de vos escarpins en daim rose ou si une femme échevelée passe devant vous alors que vous poireautiez bien gentiment depuis 15 bonnes minutes à la seule caisse ouverte de votre supermarché.

29 octobre 2010
>> Autres expressions avec Carozine : Le louchébem, jargon des bouchers

La Sherlock des mots. . Caroline DEBLAIS.