En haut !

Les jurons du capitaine Haddock : flibustier

Personnage haut en couleur de la bande dessinée Tintin, dont le héro est tout bonnement barbant à se pendre (et, non !, je n'exagère pas et je pourrai même imiter Zola avec un tonitruant J'accuse... monsieur Hergé d'avoir délibérément pondu un personnage aussi soporifique et tête à claques pour valoriser les personnages secondaires), le Capitaine Haddock apparaît comme le trublion soupe au lait au vocabulaire fleuri. Le Capitaine Haddock épice les aventures de Tintin de ses jurons sélectionnés avec soin et il est temps de vous les présenter, mille milliards de mille sabords. Aujourd'hui, nous nous intéresserons donc au terme de Flibustier que le Capitaine Haddock, recontré par Tintin au cours de ses aventures Le Crabe aux pinces d'or, emploie régulièrement. Place donc aux embruns des mers déchaînées que le flibustier parcourt sans relâche !

Flibustier : le pirate des mers d'Amérique

Flibustier [les jurons du capitaine Haddock]
Aux XVII et XVIIIe siècle, le flibustier était un aventurier qui dépossédait les navires espagnols. D'aucuns supposent que le terme de flibustier trouve son origine dans le mot néerlandais "vrijbuiter" : qui fait son butin librement ; d'autres considèrent que le mot vient de son parent anglais "free booter", signifiant également corsaire.
Toujours est-il que les flibustiers firent leur apparition au début du XVIIe siècle, en cette période historique houleuse où les puissances coloniales se livraient des guerres sans merci et s'alliaient contre l'Espagne, toute puissante en Amérique du Sud. C'est essentiellement au moment de la guerre de quatre-vingt ans (ou révolte des Gueux) , au cours de laquelle les Provinces-Unies (actuels Pays-Bas) se libérèrent de l'emprise espagnole, que les flibustiers virent le jour : savant mélange de corsaire et de pirate, les flibustiers agissaient sur lettre de marque et contrôlaient leur butin.

Flibustier : un métier si peu honnête

Les jurons du capitaine Haddock : flibustier
La flibuste, née de ces écumeurs hollandais, devient mondiale et se divise les océans. Nombre de flibustiers s'installent sur l'île de la Tortue, à quelques encablures d'Haïti. L'île de la Tortue servait d'escale et de ravitaillement aux pirates et contrebandiers des Caraïbes, grâce à ses gouvernements chaotiques car l'île de la Tortue était disputée par les Provinces-Unies, la France, l'Angleterre et les Espagnols.
Pendant un siècle, les flibustiers dévalisèrent les flottes espagnoles, prétendant agir au nom des intérêts de leurs patries respectives ; les plus célèbres d'entre eux, François l'Olonnais (sous lettre de marque de l'île de la Tortue) ou encore Henry Morgan (agissant pour la Jamaïque passée sous domination britannique en 1655), réunirent sous leurs ordres de véritables flottes de guerre mettant à sac les possessions espagnoles.
Désormais, le terme de flibustier est essentiellement employé pour désigner un voleur ou un escroc ; car à moins d'être persuadé que Pirates des Caraïbes est un documentaire contemporain, la belle époque des flibustiers est bel et bien close.

9 août 2010
>> Autres expressions avec Carozine : Bachi-bouzouk, juron du capitaine Haddock

La Sherlock des mots. . Caroline DEBLAIS.