En haut !

Shit My Dad Says, une série made in Twitter

[Critique de la série TV $#*! My Dad Says de Justin Halpern -saison 1]

Carozine regarde S#*! my dad says
Les réseaux sociaux (et le célèbre oiseau bleu, en l'occurrence) peuvent-ils être source de création ? Si l'on en juge par Shit My Dad Says ($h*! My Dad Says, pour les plus prudes et qui se prononce "bleep My Dad Says" pour la censure), la chaîne CBS a décrété que oui en choisissant de diffuser cette série TV : une petite comédie issue des twitts (allez comprendre pourquoi Twitter donne tout à coup "tweet" en français, çaaaa) de Justin Halpern, alors écrivain à mi-temps contraint de retourner vivre chez ses parents, et dont le compte Twitter, après avoir été mentionné dans The Daily Show et autres popularités, atteignit des sommets... ce qui amena les commerciaux de CBS, et leurs yeux pleins de billets de dollars, à se dire "mais pourquoi diable n'en ferions-nous pas une série ?". Excellente question s'il en est, après tout, ABC tente bien de nous imposer la famille Superman avec No Ordinary Family. Toutefois, la réponse de Caro(z)ine est : parce qu'il en faut plus pour faire une bonne série. Et toc.

Shit My Dad Says et les réparties fusent

$#*! My Dad Says [Justin Halpern]
Imaginez-vous fauché et viré, contraint de retourner vivre chez votre père bourru pendant que votre mère, qui vous a élevé, batifole en Italie. C'est ainsi que le héros de $h*! My Dad Says se retrouve sur le porche de la maison paternelle, avec un fusil braqué sous son nez. Car papounet est un sanguin vétéran qui a en horreur les petites jeannettes venant lui vendre des cookies et, après deux ans sans se voir, les retrouvailles familiales sont donc loin d'être aussi euphorisantes que ne l'espérait le fiston, Henry, d'autant qu'il escompte bien soutirer de l'argent à son cher papa, Dr. Edison Milford Goodson III (à vos souhaits)... ce qui se révèlera largement plus délicat que prévu pour notre racketteur en herbe, car papa est décidément un dur à cuire qui affectionne plus la compagnie de ses légumes que des êtres humains. Le papa en question n'est autre que William Shatner (Star Trek), avec sa verve et sa bouille d'alcoolique bedonnant, qui prendra un malin plaisir à enchaîner les réparties cinglantes, tout en renouant avec ce fils qu'il n'a pas vraiment eu le temps de connaître. Voilà pour l'intrigue (alambiquée au possible, n'est-il pas ?!) de Shit My Dad Says.

Shit My Dad Says... un petit « je ne sais quoi » manque

$#*! My Dad Says [saison1]
Le duo fonctionne plutôt bien entre le papa bourru désagréable au possible et le fiston quelque peu tête à claques avec sa tête de premier de la classe, mais l'ensemble de la série TV $#*! My Dad Says reste un tantinet cliché et bien que les réparties soient effectivement bien trouvées, le tout peut manquer de cohésion à force de ne reposer que sur les répliques répertoriées par le compte Twitter de notre rejeton brimé que fut Justin Halpern. Toutefois, Shit My Dad Says reste une petite série sans prétention et loin d'être désagréable à regarder pendant votre pause du midi ou votre goûter.

Bande-annonce de Shit My Dad Says [CBS]

Petits secrets : $#$! My Dad Says

Créateurs : David KOHAN, Max MUTCHNICK & Justin HALPERN
Dr. Edison Milford Goodson III : William SHATNER
Henry Goodson : Jonathan SADOWSKI


Sh*t My
Dad Says

30 novembre 2010
>> Plus de cinéma avec Carozine : (K)night and Day de James Mangold

Cinéma & Télévision . . Caroline DEBLAIS.