En haut !

Populaire : une secrétaire qui tape comme une flèche

[Carozine s'amuse devant le film Populaire de Régis ROINSARD]

15 Avr. 2013

L'affiche de Populaire de Régis Roinsard (néophyte en la matière puisqu'il signe avec Populaire son premier long métrage) m'avait fait de l'oeil au moment de sa sortie en salle mais, évidemment, j'avais eu grandement la flemme de me déplacer dans les salles obscures ; la sortie en DVD de Populaire fut donc un événement que je ne pouvais manquer, quitte à solidement arrimer mon cher et tendre au canapé, mais Populaire évite avec humour l'étiquette de comédie sirupeuse et s'en tire plutôt bien, offrant un divertissement délectable bien que prévisible. Place aux années 50 (bon, à la limite du 60 de la série TV Mad Men), aux robes colorées et évasées, aux coiffures sages et aux rouges qui brillent sur les lèvres : Populaire nous plonge avec délectation dans une époque que nous n'avons pas connue, pleine du froufrou des jupons et de secrétaires rarement choisies pour leur savoir-faire, avec comme point d'ancrage, la dactylographie et la mythique machine à écrire Triumph.

Populaire : une blonde malhabile et gaffeuse vs. un brun pas si assuré

Populaire : Romain Duris & Déborah François
1958. Dans un petit village au plus profond de la province française, une blondinette impulsive et enjouée s'empare pas si discrètement (elle fait tomber au passage un paquet de boîtes de conserve) d'une machine à écrire dans le bazar tenu par son papa bourru et se met à taper, telle une mitraillette agitant ses deux index sur le clavier. Mais Rose Pamphyle, avec un "y" je vous prie, voit un peu plus loin que le bout du clocher de l'église du village et que le fils du garagiste et elle se retrouve donc parmi de nombreuses autres jeunes femmes à patienter, à Lisieux, pour un entretien afin de devenir secrétaire. Oui, car, figurez-vous, fut un temps être secrétaire était le symbole de la femme moderne par excellence, le rêve à atteindre, l'obsession de milliers de femmes car la secrétaire voyage et rencontre tout un tas de gens intéressants… ou pas. Rose devient ainsi la secrétaire empotée, qui renverse les dossiers et détruit par inadvertance un contrat et empêche son patron d'entendre ses conversations téléphoniques à force de taper avec un peu trop de véhémence sur le clavier de sa machine à écrire, d'un assureur. Appréciant la vitesse vertigineuse de frappe en sa qualité d'ancien sportif, Louis Echard prend alors la décision d'inscrire Rose à un concours de dactylographie, mais surtout de l'entraîner car taper de deux doigts est plutôt ringard et surtout peu prolifique. Rose emménage donc chez son patron, tape des livres à la volée pour se retrouver confrontée à la secrétaire en chef, celle qui a remporté les trois derniers trophées (made in France) et a l'incroyable honneur de taper sur une "Populaire"…

Populaire : des machines à écrire, de la romance et du fil blanc

Populaire de Régis Roinsard
Nous allons passer outre les métaphores liées à la boxe, sport pratiqué avec acharnement, fut un temps, par Louis Echard (et dont on pourrait toutefois douter vu la carrure de Romain Duris), pour parler de Populaire de Régis Roinsard, parce que, certes, la frappe véhémente de Rose Pamphyle sur ses machines à écrire vaut bien des coups de droite bien sentis, mais tout de même. Bref. Dans un décor par si rose bonbon, Régis Roinsard nous plante une jeune femme un peu gauche, ne connaissant pas grand chose à la vie mais sachant pertinemment que son destin n'est pas de s'ennuyer ferme dans un joli rôle de femme au foyer pour finir en vieille pomme ridée sur l'un des bancs de son village natal. Oh que non. Rose Pamphyle possède le dynamisme de la jeunesse, un caractère bien trempé et des rêves plein les yeux. Populaire ressuscite l'âge d'or des comédies hollywoodiennes (oui, oui, celles où une Marilyn Monroe pulpeuse susurrait à l'écran) et s'amuse, avec ses comédiens, entre clichés du genre et modernité. Ceci étant, Populaire m'a surtout plu pour son actrice, ses bourdes et son inclinaison à être franchement butée car le film de Régis Roinsard ne révolutionne pas non plus le genre : Populaire offre bien une bonne rasade d'humour mais la fin est cousue de fil blanc (forcément, cela brise un peu le suspens mais, après tout, on ne regarde pas des comédies romantiques pour tomber des nues à la fin du film) et la critique de la société est loin d'être mordante. Populaire est un divertissement très agréable, sans prétention mais rafraichissant.

Bande-annonce de Populaire [Régis ROINSARD] avec Romain Duris & Déborah François

Les détails

Petits secrets de Populaire

Scénariste : Régis ROINSARD
Louis Echard : Romain DURIS
Rose Pamphyle : Déborah FRANÇOIS
Marie : Bérénice BEJO

Acheter


Populaire

15 avril 2013

I am not devoid of humour

Plus de cinéma avec Carozine : Butter : "comédie" sur l'Amérique profonde et ses statues en beurre

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives