En haut !

Magic City : une saison 1 qui fascine sous le soleil de Miami

[Carozine se délecte devant la série TV Magic City -saison 1- créée par Mitch GLAZER]

23 Avr. 2015

Carozine regarde une série TV : Magic City, saison 1
Alors que je viens de tomber sur un article des plus passionnants (et des plus hilarants) sur le fait que les (grands) lecteurs seraient de meilleurs amants, oui parce que, voyez-vous, nous avons de l'empathie et, surtout, à force de lire des pages coquines éparpillées dans nos romans fleuves, on a une sacrée dose d'expérience sexuelle (j'avais prévenu, l'article est franchement divertissant ! Il faudrait que je vous le retrouve, pour le fun, mais passons), aujourd'hui sera un jour série TV ! Cela faisait longtemps que je voulais vous parler d’une série TV dont la première saison m’a fait vibrer (et la seconde est tout aussi remarquable) : Magic City, créée par Mitch Glazer. Pour les fans de Grey’s Anatomy, retrouver l’amoureux mort du bonnet de nuit qu’était Izzie Stevens (oui, oui, il incarnait alors l’autre truffe de Denny Duquette) dans le rôle principal de Magic City n’était pas des plus enchanteurs pour moi. Et pourtant, loin du rôle mièvre de la série hospitalière, il crève l’écran sous le soleil de Miami en gérant d’hôtel pris en tenaille par ses liens sulfureux avec la mafia locale. Je reviens en arrière car vous n’y comprenez plus rien ? Pas de panique : prenez ma main, je vais vous conduire dans les sables mouvants et parfois terrifiants de la vie hôtelière à Miami, à la fin des années 50.

Magic City, saison 1 : série TV créée par Mitch GLAZER, avec Jeffrey Dean MORGAN, Olga KURYLENKO et Danny HUSTON

Magic City, saison 1 : du soleil, des prostituées à ne plus savoir qu’en faire et un hôtel de luxe

Magic City, saison 1 - série TV de Mitch GLAZER
Nous sommes en 1959 et Isaac « Ike » Evans est l’heureux propriétaire d’un hôtel de luxe, le Miramar Playa, qu’il a vu naître de ses propres rêves de grandeur. Heureux ? Pas tant que cela, non. Car pour voir son rêve se réaliser, Ike a dû aller taper aux mauvaises portes. Refusant de quémander de l’argent à sa belle-famille richissime, d’autant qu’il venait de perdre sa charmante femme (et mère de ses trois enfants), Ike Evans a choisi de faire financer la construction de son hôtel par Ben Diamond, alias The Butcher (le Boucher, donc, pour ceux qui roupillaient profondément en classe d’anglais). Et à Miami comme partout ailleurs en ce bas monde, rien n’est gratuit. Ben Diamond, dont le surnom de Boucher fait frémir jusqu’aux drogués des bas quartiers, devient actionnaire minoritaire de l’hôtel et entend bien faire en sorte que sa voix devienne nettement majoritaire. Il veut de l’argent, du pouvoir… toujours plus. Autour de ce tandem belliqueux, véritable danse de requins affamés, gravite la famille de Ike Evans. Stevie, le brun plein de gouaille qui empile les conquêtes d’un soir et fait se pâmer les prostituées, est le fils aîné et digne héritier de son père : il gère le bar de l’hôtel d’une main de maître, organise les rendez-vous peu galants de ces dames de la nuit… et tombe amoureux de la sirène Lily, brunette magnifique et, oups, mariée à Ben Diamond, dont les femmes ont tendance à trouver la mort plutôt rapidement et de façon quelque peu suspecte. Le second fils est l’exact opposé : blond mais surtout très épris de justice et désirant plus que tout ne pas suivre les traces de son père ; il est amoureux de la Cubaine Mercedes, fille du manager de l’hôtel, Vincent. Enfin, et non des moindres, nous avons Vera, seconde femme au caractère bien trempé du maître du Miramar Playa mais peinant quelque peu à trouver sa place dans cette famille recomposée où plane l’ombre de la mère défunte.

Magic City, saison 1 : Jeffrey Dean MORGAN dans le rôle d'Isaac Ike Evans et Danny HUSTON qui incarne The Butcher

Magic City : une série TV intelligente et fascinante

Magic City, saison 1 : Jeffrey Dean MORGAN et Danny HUSTON
Forcément, on ne peut évoquer la série TV Magic City sans mentionner son générique dans lequel une sirène évolue sous l’eau, au gré des remous des événements : elle y croise des requins et des cadavres… Car la première saison de Magic City s’ouvre sur un problème de taille : les syndicats menacent de faire grève le soir même où Frank Sinatra doit venir chanter au Miramar Playa. Et qu’est-ce qu’une soirée sans alcool dans le Miami des années 50 ? Une soirée ratée, pardi ! Ike Evans n’a donc pas d’autre solution que de confier ses tracas à Ben Diamond… qui a une façon bien particulière de gérer les problèmes de cet ordre. Sauf que le procureur Jack Klein a le duo dans le collimateur et serait prêt à tuer sa grand-mère pour mettre The Butcher sous les verrous. Ajoutez à cela que la série Magic City a situé son intrigue quelques mois après la révolution cubaine (et donc arrivée au pouvoir de Fidel Castro qui décide immédiatement de dégager les Américains corrompus de ses casinos, ce qui leur laisse Miami pour faire fructifier de l’argent bien mal acquis) et vous aurez l’ensemble des ingrédients bien frappés et brûlants de cette série qui monte progressivement en intensité et prend le temps de poser un décor brûlant et mouvant. Car, nous le savons depuis le temps, les apparences sont trompeuses. La beauté de Magic City réside sur ses personnages, dévorés par le doute et la responsabilité des choix réalisés. Jeffrey Dean Morgan est merveilleux dans le rôle de ce gérant d’hôtel perfectionniste et jouant sans cesse avec le feu, dans l’espoir de parvenir à se débarrasser du cancer qui le ronge : Ben Diamond… dont Danny Huston offre une incarnation parfaite, oscillant entre perversion et fugitifs moments de fragilité. L’indéniable atout de Magic City ? Une version mafia de l’excellente série TV Mad Men ! C’est un peu schématisé, évidemment, mais pas complètement à côté de la plaque : l’odeur des 50s imprègne chaque mouvement de caméra ; quelques clichés de la littérature de l’époque (le ténébreux torturé, la femme nettement plus influente que pot de fleur contrairement aux apparences, l’héritier un poil chien fou, le bon fils qui cherche à sauver la famille des flammes de l’enfer, le mafieux pernicieux et sa magnifique femme qui, elle, est bel et bien une plante verte) tout en sachant les dépasser avec des personnalités plus complexes que les premiers épisodes de la série ne le laissent entendre. L’intrigue est fascinante et gagne en envergure au gré des épisodes, les jeux de pouvoir sont loin d’être manichéens et Ike Evans possède l’étoffe d’un héros de série, ce qui est une excellente chose ! Magic City est une série qui se déguste sans modération et se laisse apprécier sur la longueur, quand tous les éléments se mettent en place pour une intrigue « caliente » qui s'intensifie dans la saison 2 !

Magic City, saison 1 : Isaac "Ike" Evans dans les remous du pouvoir
Trailer de la série Magic City, saison 1 - John FUSCO

Les détails

Petits secrets de Magic City, saison 1

Créateur : Mitch GLAZER
Isaac « Ike » Evans : Jeffrey Dean MORGAN
Vera « Vee » Evans (ex Vera Cruz) : Olga KURYLENKO
Steven « Stevie » Evans : Steven STRAIT
Ben Diamond, the Butcher : Danny HUSTON
Judi Silver : Elena SATINE
Lili Diamond : Jessica MARAIS

23 avril 2015

I am not devoid of humour

Plus de cinéma avec Carozine : Marco Polo : une première saison qui intrigue pour cette série Netflix

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives