En haut !

Love [saison 1 - Netflix] : nice guy needed

[Carozine dévore la série TV Love [saison 1] - Judd APATOW, Lesley ARFIN & Paul RUST]

27 Fév. 2016

Carozine regarde la série TV Love [saison 1], diffusée sur Netflix
Samedi pluvieux, samedi heureux ? Cela faisait des lustres que je ne vous avais pas parlé de série TV… ce n’est pourtant pas faute d’en dévorer ! Alors, à défaut de vous parler de la saison 2 de Better Call Saul, vu que je ne l’ai pas encore visionnée en entier (et que, de toute façon, j’avais comme qui dirait oublié de vous parler de la première saison… oups), aujourd’hui, ce sera au tour de la série Love, dont la saison 1 est actuellement disponible sur Netflix (depuis le 19 février 2016), d’être analysée sous toutes les coutures ! Joli programme. Ne vous fiez pas au titre de la série Love : nous sommes à mille lieues de la comédie romantique… du moins, en ce qui concerne la saison 1. Non, non. Judd Apatow a manifestement décidé que le rose bonbon, le dégoulinant sirupeux faisait tâche et devait être particulièrement démodé. Love parle, certes, d’amour. Mais version trash et boulettes furieuses.

Love [saison 1], série TV créée par Judd APATOW, Lesley ARFIN & Paul RUST... diffusée depuis le 19 février 2016 sur Netflix.

Love [saison 1] : une fille et un garçon, de nombreuses possibilités

Love [saison 1], série TV diffusée sur Netflix
Mickey a 32 ans et se farcit un homme lourdingue qui vit toujours chez sa mère, et qui la plante alors qu’elle a les jambes ouvertes pour aller au centre commercial avec sa génitrice acheter une paire de jeans. Pourquoi subir un tel crétin, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que Mickey est une addict sous toutes les formes : drogue ; sexe et amour… Elle ne peut pas vivre sans. Cette jolie blonde travaille dans une émission de radio pour un pseudo psychologue façon « docteur Love » qui égrène des conseils vaseux sur les ondes à longueur de journée. Par une matinée laborieuse, Mickey se retrouve sans un sou en poche à enguirlander copieusement le gérant du supermarché où elle espérait acheter un café (oui, il refuse de lui filer son café). Elle est heureusement sauvée par un gringalet à lunettes, Gus. À 31 ans, Gus vient de se faire larguer par sa copine qui le trouve trop gentil (non, pire… elle le catégorise dans la classe des faux-gentils, des gentils hypocrites). Il a donc emporté son nouveau tapis commandé sur Internet et s’est installé dans la résidence de Sherwood, où il ne tarde pas à se lier d’amitié avec les autres jeunes (et plus vieux barbus) locataires. Comment occupe-t-il ses journées ? Il est professeur particulier auprès des jeunes stars un poil prétentieuses et imbues d’elles-mêmes d’une série plutôt médiocre et ultra kitch : Witchita. Bref. Gus rencontre Mickey. Et de là débute leur relation épineuse et jamais simple.

Love [saison 1], avec la parfaite Gillian JACOBS dans le rôle de Mickey, et Paul RUST, incarnant le parfois agaçant Gus.

Love [saison 1] : l’amour à l’ère du smartphone

Love [saison 1]
Le pitch de la saison 1 de Love est simple : une histoire d’amour (ou plutôt les prémices d’un potentiel début d’histoire d’amour) analysée à la lumière des nouvelles technologies. Et entre Instagram, les textos et facebook, il y a de quoi faire. D’autant que Judd Apatow nous a choisi deux paumés, deux perdus de l’amour mais désespérément à la recherche de la personne qui les fera vibrer. Autant dire que la saison 1 de Love donne dans l’anti « rom-com »… et sonne plutôt juste. Les hésitations, les craintes de mal faire, la peur de perdre, les ratages en long en large et en travers, les loupés bien comme il faut : tout est au rendez-vous de cette première saison de Love. La vraie vie, en somme. Ou comment une suite d’erreurs, toujours crédibles (qui n’a pas eu un rencard complètement foireux ? mal compris des SMS ? chié dans la colle face aux potes de l’autre, que l’on aimerait justement impressionner par notre « cool attitude » ?!), donnent une histoire… ou plutôt un semblant de début d’histoire d’amour /indifférence. Gillian Jacobs (Mickey) est absolument parfaite en blonde fragile à la beauté rock n’ roll, faillible et sur le fil du rasoir, entière et impulsive, un poil (très ?) égoïste. En face d’elle ? Son parfait opposé. Paul Rust (Gus) est maladroit, tête à claques (diantre, le nombre de fois où j’ai eu envie de lui en coller une !… voire plusieurs histoire de lui apprendre les bonnes manières), mais gentil garçon avec de lourdes tendances à la transformation en gros crétin. Le point commun autour duquel brode cette première saison de Love ? Ils ne s’imaginent pas que l’on puisse les aimer. De là découlent tous les dérapages.

Love [saison 1], série TV diffusée sur Netflix - avec Gillian JACOBS (Community) et Paul RUST.

Et, oui, il arrive que l’on se sente tellement proche de ces deux paumés de l’amour, qui déconnent à plein tube quand la nostalgie de leur folle jeunesse les rattrape, et qui se réfugient dans leur solitude pour éviter de souffrir, de confondre amour et ennui, de s’attacher à quelqu’un qui fondamentalement ne veut pas de vous. Pour faire simple, la série Love parle de tout ce qui tourne autour de la relation : l’angoisse et l’excitation ; les doutes. Cet éternel jeu de séduction, se basant sur le « je t’aime moi non plus » ; ce jeu de miroir qui peut déraper sérieusement et ne mener nulle part. Et qu’en est-il de ce téléphone qui semble avoir perdu son rôle premier de relier les gens pour, au contraire, devenir obstacle ? Peut-être serait-il bon, finalement, de le laisser sombrer au fond des toilettes pour se concentrer sur l’essentiel : le contact humain finalement nécessaire pour nouer une relation. Bref. Cette saion 1 de Love est pétillante, caustique, vive et bien trouvée : à essayer !

Love [saison 1], série TV créee par Judd APATOW, Lesley ARFIN & Paul RUST
Love [saison 1], sur Netflix depuis le 19 février 2016.
Trailer de la série TV Love [saison 1]

Les détails

Petits secrets de Love [saison 1]

Créée par : Judd APATOW (quelques Simpsons au compteur, Freaks and Geeks et Girls en tant que scénariste) ; Paul RUST et Lesley ARFIN (également sur la série Girls).
Mickey Dobbs : Gillian JACOBS (déjà aperçue dans la série TV Community)
Gus Cruikshank : Paul RUST
Bertie : Claudia O’DOHERTY
Dr. Greg Colter : Brett GELMAN

27 février 2016

What's the gist, physicist?

Plus de cinéma avec Carozine : Notre petite soeur [Umimachi Diary] : le Japon entre tradition et modernité [cinéma]

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives