En haut !

Hung, les truculentes aventures d'un gigolo

[Critique de la série TV Hung de Colette Burson -saison 1]

5 Oct. 2010

Carozine regarde Hung
Vous pensiez avoir fait le tour des séries américaines ? Qu'aucune autre série ne pourrait être caustique, déjantée et réaliste ? Que vraiment les studios hollywoodiens tournent en rond et ressassent les mêmes idées dépassées ? Ames blasées, la série télévisée Hung est faite pour vous ! Diffusée par HBO (qui a déjà diffusé Sex and the City, dans le même genre), la série Hung prend le parti de nous montrer la vie d'un coach de baseball, dont la vie s'effondre quand sa femme le quitte pour un riche nabot spécialisé en dermatologie et qui décide donc de faire face avec les moyens du bord... en devenant gigolo. Autant utiliser ce dont la nature l'a doté !! Et si l'on se fie au titre de la série Hung (ou aux commentaires extasiés des femmes qu'il rencontre), la nature se serait montrée plutôt généreuse en la matière. Mesdames et messieurs, place à la série TV Hung et à son générique, qui est un joyeux mélange de références au sexe où l'on voit le héros se déshabiller dans la ville sur fond de saucisses attendant leur hot dog, de femmes tenant un tuyau d'arrosage ou une pompe à essence...

Hung : un loser qui a de la suite dans les idées

Hung [Colette Burson]
Ah mais n'est pas un loser qui veut et notre héros Ray Drecker n'est pas du genre à se morfondre en ces temps de crise où les écoles licencient à tour de bras et n'ont le budget que pour payer à leurs graines de star du baseball le trajet aller pour les matches de championnat (après tout, ils peuvent bien rentrer à pieds), et notre quadragénaire s'inscrit donc à un séminaire aussi minable et ringard que son animateur tentant désespérément de faire gober à ces perdants en puissance qu'ils deviendront millionnaires en montant leur entreprise. Belle initiative, oui. Mais encore faut-il trouver l'idée qui va dépoter et surtout savoir ce pour quoi on est doué... et la lumière émerge dans les brumes du cerveau de Ray Drecker « mais j'y suis, ma femme en me quittant m'a hurlé que j'étais bien monté, autant en faire mon business ». Ni une ni deux, monsieur Hung va ainsi devenir gigolo et se faire coacher par la naïve et empotée Tanya, qui avait quant à elle l'intention d'étouffer ses clients en leur proposant des biscuits farcis de poésie. Mais évidemment, qui dit gigolo, dit clientes... et la pauvre Tanya, fringuée comme un sac de pommes de terre, possède un réseau qui se limite à ses collègues de bureau névrosées et à Lenore, conseillère personnelle ayant ses entrées auprès des riches femmes de Detroit et qui entend bien profiter de ce prometteur gâteau.

Hung : une délectable trouvaille

Hung [saison 1]
La série TV Hung nous dévoile ainsi le quotidien de Ray Drecker jonglant entre clientes à satisfaire, ex-femme se morfondant dans un mariage de convention, enfants obèses et marginaux, voisine nymphomane et enfin, maison incendiée qu'il doit retaper entièrement... Comme souvent dans les séries télévisées, les personnages secondaires sont souvent les plus amusants et Tanya, célibataire pathétique tentant de marcher sur les plates-bandes de la sulfureuse Lenore afin de ne pas être évincée de l'affaire, est absolument parfaite : peu dégourdie, Tanya enchaîne les bourdes, notamment en expliquant à une femme coincée de la haute société qu'elle prendra « un pied infernal » grâce à monsieur Hung. Le ton de la série est décalé, oscille entre humour franc et sarcasme ; Hung est une série bien bâtie (pour faire un jeu de mots vaseux) et une très appréciable découverte. On en vient même à regretter la flemmardise des scénaristes (Colette Burson et Dmitry Lipkin) qui nous frustrent en limitant leurs saisons à 10 épisodes (bien dosés, certes, mais tout de même).

MAJ [9/01/2013] : refonte de Caro(z)ine oblige, je viens de voir qu'il existe un coffret pour l'intégrale de la série Hung (saisons 1 à 3) pour un prix dérisoire de 26.99 € !! C'est Noël après l'heure !

Bande-annonce de Hung - saison 1 [HBO]

Les détails

Petits secrets : Hung

Scénario : Colette BURSON & Dmitry LIPKIN
Ray Drecker : Thomas JANE
Tanya Skagle : Jane ADAMS
Lenore Bernard : Rebecca CRESKOFF

5 octobre 2010

What's the gist, physicist?

Plus de cinéma avec Carozine : Harry Brown, un papy justicier dans les cités

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives