En haut !

Toute la ville en parle : du feel-good à pleins tubes

[Carozine dévore le roman Toute la ville en parle - Fannie FLAGG]

Carozine lit le roman Toute la ville en parle - Fannie FLAGG
Après un soin du visage ultra réconfortant (aaaah merci le rituel Dr. Hauschka et, surtout, merci mes adorables parents pour ce cadeau d’anniversaire extra) dont je ressens encore les bienfaits, malgré une énième otite pour cause de poussée dentaire et un refus tout net de manger depuis plusieurs repas (ah, le stress du parent désemparé et qui se dit que son bébé va maigrir, et, évidemment, il faut que cela tombe quelques jours avant la révision mensuelle chez le pédiatre !), eh bien, pour une fois, je me sens un peu reboostée et même, oserai-je le dire, je crois bien que j’ai un petit regain d’énergie (mais chut, il faudrait voir à ne pas le dire trop fort, sinon ma fille serait bien capable de l’absorber en 5 minutes). Et je profite donc du fait que la rase-moquette soit en train de dégonder une porte pour vous parler de ma dernière lecture en date : le roman Toute la ville en parle de Fannie Flagg (connue pour Les beignets de tomates vertes). Lecture que j’ai eu la chance extrême de recevoir grâce au Picabo River Book Club (encore et toujours lui, oui !) et au partenariat avec les éditions du cherche midi. Allez ! On file dans le Missouri et je vous raconte tout (mais pas trop quand même) sur le roman Toute la ville en parle.

Que puis-je dire de ma ville ? Si, à l’époque, vous l’aviez traversée en voiture, vous l’auriez trouvée ordinaire, comme n’importe quelle autre petite ville… et vous vous seriez trompé. J’y suis née et j’y ai grandi, donc je connais bien mon sujet. Nous n’étions pas riches, mais nous nous serrions les coudes. Quand nous avons appris ce qui était arrivé à Hanna Marie, avec quelles conséquences, nous étions bouleversés. Son nom était sur toutes les lèvres, et chacun cherchait un moyen d’agir. Toute la ville en parle - Fannie FLAGG
Le roman Toute la ville en parle, de Fannie FLAGG [Ed. Le cherche midi], une lecture en partenariat avec le Picabo River Book Club

Toute la ville en parle : une ville de ses débuts à son déclin

Toute la ville en parle - Fannie FLAGG [ed. Le cherche midi]
Nous sommes en 1889 et Lordor Nordstrom, Suédois de son état, décide de s’installer dans le Missouri, près de vertes prairies où il se voit bien installer ses vaches et sa maison. En plaçant une annonce dans un journal, il se trouve rapidement des voisins. Lordor, célibataire (pas si) endurci de trente-sept ans, décide de suivre les conseils de ses voisines et d’essayer de trouver chaussure à son (grand) pied. Et comme il est le roi de la petite annonce, il passe une nouvelle fois par le journal pour trouver sa dulcinée. À Boston, une Suédoise de vingt-quatre ans et blonde comme les blés tombe sur son annonce et décide bien vite, après quelques échanges épistolaires, de troquer sa vie de bonne contre une vie à la campagne. Quelques années plus tard, Lordor se dit que d’avoir des commerces, ce serait plutôt une chouette initiative. Ni une ni deux, il commande une ville en kit, livrée quelques mois plus tard : école ; église ; quincaillerie… Elmwood Springs venait de naître. (De même que son cimetière Still Meadows, à quelques pas de là.)

Swede Town avait terriblement besoin de femmes. En l’état des choses, ses habitants étaient incapables d’organiser une soirée dansante digne de ce nom. Lorsqu’ils s’y risquaient, les hommes devaient régulièrement nouer un mouchoir blanc autour de leur bras pour indiquer qu’ils étaient prêts à jouer le rôle de la cavalière. Lorsqu’on tenait par la main un autre fermier calleux, grisonnant, endurci, on avait tendance à trouver les vraies femmes bien plus jolies, douces et délicates qu’elles ne l’étaient réellement. Toute la ville en parle - Fannie FLAGG

Toute la ville en parle : la vie en rose

Toute la ville en parle - Fannie FLAGG [ed. Le cherche midi]
Et voilà les bases du roman Toute la ville en parle. À peu de choses près, mais, ça, je vous laisse le découvrir ! Avec une écriture vive et parsemée d’humour, Fannie Flagg retrace, à travers les pages de Toute la ville en parle le début, l’épanouissement, puis le déclin d’une petite ville des États-Unis, de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Et l’on suit avec bonheur les différentes générations d’habitants d’Elmwood Springs avec, forcément, de petites préférences dont la pétillante et inénarrable Tante Elner, à la bonhommie contagieuse et dont on souhaiterait assez qu’elle soit immortelle. Fannie Flagg distille dans son roman une sacrée dose de bonne humeur, histoire de voir la vie du bon côté. Toute la ville en parle est un roman primesautier, plein de tendresse et d’énergie… un joli roman feel-good qui redonne le sourire après une journée bien moisie ! Et ça, c’est un chouette compliment. Alors, oui, évidemment, il y a des défauts. On survole franchement l’histoire des États-Unis et les réflexions ne sont pas poussées, voire elles sont carrément plates. Néanmoins, ce n’est pas le coeur du roman de Fannie Flagg. Ni même sa volonté. Elle aurait donc pu s’en abstenir, certes. Pour ne se concentrer que sur la ville et ses habitants, ce qu’elle réussit merveilleusement bien. Donc voilà, je me suis régalée à la lecture légère et savoureuse du roman Toute la ville en parle. Merci Fannie Flagg pour cette parenthèse pétillante !

Surtout, libéré des contraintes de la vie quotidienne, on avait tout le temps de contempler la nature. Levers et couchers de soleil, pluie, neige et nuages, la luminosité changeante du ciel et toutes sortes d’événements inattendus captivants : une étoile filante, un arc-en-ciel, les éclairs qui zébraient le firmament, une soudaine illumination après la tempête. Et la lune. À elle seule, elle valait tous les spectacles. Toute la ville en parle - Fannie FLAGG

Les détails du livre

Toute la ville en parle

Auteur : Fannie FLAGG
Traducteur : Jean-Luc PININGRE (The Whole Town's Talking)
Éditeur : Le cherche midi
Prix : 21,00 €
Nombre de pages : 506
Parution : 7 février 2019

Acheter le livre


Toute la ville en parle

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Les femmes de Heart Spring Mountain : la force de la nature.

. 20 février 2019. Caroline D.