En haut !

Stone Junction : du roman foutraque qui dépote à mort

[Carozine dévore le roman Stone Junction : Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE]

Carozine lit le roman Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE
En ce week-end gris qui annonce l’automne (les amateurs de météo m'auront grillée tout de suite, car, oui, je rédige cette chronique du jour, bonjour ! quelques jours avant sa publication, histoire d’organisation et de sortie en librairie, bref), je me suis dit que j’allais m’arracher de mon canapé (quoique, grâce aux miracles de la technologie Apple, je suis finalement techniquement toujours dessus) et abandonner temporairement ma lecture passionnante d’un autre roman tout juste entamé pour vous parler du roman de Jim Dodge : Stone Junction… publié en 1990, mais n’ayant pas pris une ride et remis au goût du jour avec une couverture pimpante par les éditions Super 8 (qui ne m’ont pas encore déçue dans mes lectures, c’est dire !). Hold on to your socks, comme qui dirait, mettez des bretelles en plus de votre ceinture car la lecture de Stone Junction décoiffe à mort et vous laisse ébouriffé. On y va ? Go !

Daniel Pearse est né le 15 mars 1966, par un matin pluvieux. Il n’a pas eu droit à un deuxième prénom car sa mère, Annalee Faro Pearse, avait déjà eu toutes les peines du monde à lui trouver un premier prénom et un nom de famille —le nom de famille surtout. Elle avait beau se creuser la tête, le père de Daniel aurait pu être n’importe lequel parmi sept hommes. Annalee choisit Daniel car c’était un prénom qui respirait la force, et elle savait qu’il lui faudrait être fort. Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE

Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique : un adolescent et un mystérieux conglomérat

Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE [ed. Super 8]
Le 15 mars 1966, Daniel Pearse voit le jour et sa mère a bien du mal à déterminer quel nom de famille lui attribuer, car elle a quelques doutes sur l’identité du père. Annalee Pearse n’a qu’à peine seize ans quand elle devient mère et en profite pour mettre les voiles. Dans sa fuite du foyer de jeunes filles de Greenfield, elle rencontre Smiling Jack qui se propose de la prendre en auto-stop pour un petit bout de chemin… et finit par lui proposer un étrange travail : réparer et tenir une petite baraque perdue dans les prairies. Le seul impératif ? Répondre présente quand des âmes en détresse pointeront le bout de leur nez. Parmi ces âmes en perdition se trouve Shamus Malloy, qui sera l’artisan de la destruction de ce petit paradis et ouvrira par la même occasion les portes d’un monde surprenant : celui de l’AMO, association de magiciens et hors-la-loi qui prendra Daniel sous son aile à la mort de sa mère. Et c’est alors que le véritable apprentissage du jeune homme débutera…

Quand ils eurent disparu, Elmo dit à Shamus :
— Detroit par le train de ce soir, puis un tour en bus pour passer la frontière et chambre froide à Montréal. Pour l’instant, ça chauffe vraiment. Le scientifique loufoque qui a pris la poudre d’escampette n’a toujours pas réapparu. L’auto que vous lui aviez laissée n’a pas bougé. Il peut assi bien être clamsé dans un fossé qu’en train de se balader en caquetant avec les caillasses, pour ce qu’on en sait, et pourtant, sur ce genre de trucs, nous mettons un point d’honneur à nous tenir informés. Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE

Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique : roman ovni fascinant et intriguant

Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE [ed. Super 8]
Il faut bien l’avouer, à la lecture de Stone Junction : une grande oeuvrette alchimique, on se demande régulièrement quel genre de substance illicite pouvait bien engouffrer Jim Dodge au petit déjeuner. Stone Junction donne l’impression de partir dans tous les sens, mais, au final, on s’aperçoit que Jim Dodge sait parfaitement où il veut nous conduire et qu’il tient les ficelles d’une main de maître. Ceci étant, Stone Junction est un roman complètement perché… et oui, ce côté déjanté m’a follement plu. De même que les personnages. Daniel est un garçon intelligent, non façonné par un apprentissage classique… il est le fruit d’une éducation libre et érudite, de professeurs tous plus détraqués les uns que les autres et sortant des sentiers battus. Et c’en est foutrement libérateur. D’une écriture imagée (attendez… je vous donne ma phrase préférée du roman : « Vous aurez le temps de séparer les crottes de mouche des grains de sable. » Hein ?! Tout de même !), Jim Dodge nous livre un roman survolté, vertigineux, aux confins du roman métaphysique et du road trip halluciné. Avec Stone Junction : une grande oeuvrette alchimique, Jim Dodge dynamite le genre du roman d’apprentissage et le rend sacrément jubilatoire. Il ne vous reste plus qu’à vivre en marge du système, du moins le temps de quelques heures passées à dévorer ce roman rocambolesque. Faites donc place à l’imagination la plus débridée et au libre arbitre… cela ne peut que vous faire du bien !

Je pense —je sens, pour être exact— que le diamant est une force intérieure possédant une densité extérieure, la métaphore transfigurée des prima materai, la masse primordiale, le spiritus mundi. J’imagine que la supposition largement admise, selon laquelle l’univers entier a été créé à partir d’une boule minuscule de matière dense qui a explosé, propulsant des morceaux dans l’espace en mouvement d’expansion, ne t’est pas étrangère. Le diamant sphérique est le souvenir, l’écho, le fantôme de ce cataclysme ayant donné naissance au monde ; le point d’origine emblématique. Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique - Jim DODGE

Les détails du livre

Stone Junction - Une grande oeuvrette alchimique

Auteur : Jim DODGE
Traducteur : Nicolas RICHARD
Éditeur : Super 8
Prix : 22 €
Nombre de pages : 706
Parution : 5 octobre 2017

Acheter le livre


Stone Junction

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : [Rentrée littéraire 2017] Les ombres de l'Araguaia.

. 6 octobre 2017. Caroline D.