En haut !

S'accrocher aux étoiles : amour et firmament

[Carozine découvre le roman S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN]

21 Mai 2017

Carozine lit le roman S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN
Revenue d’une semaine à Malte menée sur les chapeaux de roue (et ne me demandez pas comment est l’île, car je ne saurai pas bien vous répondre, en dehors de vous dire que les bus sont très climatisés mais rarement à l’heure, et que je n’ai absolument aucune idée d’où se trouvent les plages, en dehors du morceau de sable sur lequel j’ai posé mes pieds par un beau début de soirée, bref, je ne vous parlerai pas de Malte pour l’excellente raison que je n’ai pas grand-chose à en dire d’un point de vue touristique, normal, me direz-vous, j’y suis allée pour le travail… sur ce, passons à la chronique du jour, bonjour !), redynamisée par un fantastique cadeau qui va me permettre de compter mes pas et mes mouvements, je me suis dit que j’allais reprendre le chemin des chroniques littéraires ! Aujourd’hui, c’est au tour du premier roman de Katie Khan de passer sous les projecteurs : S’accrocher aux étoiles. C’est aux éditions Super 8, dont j’apprécie énormément la ligne éditoriale… allez, on file dans un magasin de déguisement, en emprunte celui d’astronaute et on file dans l’espace avec S’accrocher aux étoiles.

—C’est la fin.
Leurs mouvements ne sont pas coordonnés, Carys respire trop vite - son souffle affolé sature son casque de cosmonaute.
—C’est foutu. Je vais mourir…
Elle tend le bras pour toucher Max, mais son geste le déporte plus loin, hors d’atteinte.
—Mais non.
—Si, on va mourir. Oh, mon Dieu !
Sa voix est saccadée, sa respiration superficielle. Le son ricoche sur les parois de verre du casque de Max.
—Ne dis pas ça.
—Mais c’est vrai ! Oh, Dieu…
Ils tombent dans l’espace en tournant sur eux-mêmes, deux grains de poussière sur le fond sombre de la nuit éternelle. S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN

S'accrocher aux étoiles : un homme, une femme, l’infinité de l’espace et un amour interdit

S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN [ed. Super 8]
Nous sommes en une lointaine année que nous ne connaitrons pas et la Terre a semble-t-il été ravagée par des guerres aux sombres raisons pétrolières… les États-Unis ne sont plus que l’ombre d’eux-même, le Moyen-Orient a été transformé en zone aride et relativement inhabitable (d’où un phénomène de mouvement de masse que l’on connaît bien depuis quelques années) et, (là, on connaît nettement moins ce genre de phénomène) l’Europe resplendit de mille feux, prospère sans vergogne. Elle a d’ailleurs été renommée Europia (elle inclut également l’Australie, d’ailleurs, allez comprendre), syncrétisme approprié d’utopie et d’Europe. Les habitants qui y vivent sont priés de se plier aux règles de cette utopie politique devenue réalité : on change de « voïvode » (un pays, quoi) tous les trois ans (la « relève »), histoire de favoriser le brassage, on apprend cinq langues (oui, il faut croire que l’échec de l’Esperanto n’a pas vraiment motivé Katie Khan à tenter la langue universelle) au minimum et, surtout, on ne vit jamais, ô grand jamais, en couple avant ses 35 ans… date à laquelle on peut envisager d’avoir des enfants, une famille et d’arrêter l’éternelle transhumance. Sauf que voilà. Max a 25 ans, et s’ennuie à un poste de magasinier dans le supermarché parental, après avoir appris la cuisine auprès des meilleurs chefs lors de ses précédentes relèves. Et qu’il rencontre Carys, pilote pour l’Agence spatiale (AEVE). Forcément, ils tombent amoureux. Sinon il n’y aurait pas d’histoire.

Carys sait qu’avec quatre-vingt minutes d’air restant, ils n’ont pas intérêt à parler plus longtemps, mais elle ne peut résister à l’envie d’aborder un sujet qu’ils avaient toujours évité jusque-là. Elle saisit l’extrémité du câble que Max a détaché et s’efforce de faire un noeud marin assez solide pour que rien ne puisse plus les séparer. Leur vaisseau est endommagé, mais le retrouver reste leur meilleure chance de survie au sein de cette nuit immense, et Carys veut s’assurer que Max ne pourra pas l’y renvoyer seule. Où qu’ils aillent, elle veut qu’ils restent ensemble. S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN

S'accrocher aux étoiles : un roman « compte-à-rebours » bien mené

S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN [ed. Super 8]
L’intérêt de S’accrocher aux étoiles réside principalement dans sa structure « tiroir », qui permet à l’intrigue d’avoir un rythme soutenu : on rencontre Carys et Max alors qu’ils sont en train de tomber dans l’espace après que leur vaisseau spatial a heurté une météorite. Il ne leur reste plus que quatre-vingt-dix minutes à vivre, estimation réalisée par l’intelligence artificielle qui tente de les guider, après avoir analysé la quantité d’oxygène qu’il leur reste. Et tandis que les minutes s’égrènent inexorablement, que Carys et Max cherchent des solutions pour continuer de vivre, Katie Kahn tire doucement sur les fils de leur rencontre, de leur histoire d’amour impossible et se heurtant nécessairement aux règles de la société. Rien de révolutionnaire en soi, mais le charme opère. Carys et Max ressemblent à tant d’autres couples, avec leurs personnalités forcément influencées par leur éducation (l’un est un utopiste convaincu, l’autre a été élevée avec une réserve naturelle envers cet idéal individualiste) qui s’opposent et cherchent pourtant à s’harmoniser car ils pressentent que leur amour peut vaincre tous les obstacles… jusqu’à remettre en cause la loi ? Cela reste à voir. Si je ne suis pas franchement fan de l’écriture de Katie Kahn, qui manque d’ampleur et de fluidité, l’intrigue, elle, est bien menée. Évidemment, j’aurais aimé que l’utopie soit parfois plus développée qu’elle ne l’est. Mais le charme du couple efface les défauts. (Bon. Accessoirement, on a également envie de savoir comment ils ont bien pu se retrouver à léviter dans l'espace. Ce que je vous laisserai découvrir par vous-même, comme des grands.) Et il vaut mieux car le livre S’accrocher aux étoiles repose uniquement sur eux, sur leur histoire, sur cet amour plus fort que tout qui bouleverse et chamboule les vies sans préavis. Cela ne suffit pas à faire un grand roman. Mais cela suffit amplement pour passer un agréable moment de lecture. Et ce n’est déjà pas si mal.

La planète ainsi entourée devenait captive, incapable de communiquer avec le reste de l’univers. Le système solaire restait inexploré ; l’espace interstellaire silencieux. Depuis deux cent ans, les scientifiques clamaient que l’avenir se trouvait dans les étoiles, que la race humaine ne pouvait être sauvée autrement que par l’exploration d’autres galaxies, et voilà qu’elle se trouvait rivée à la Terre. Du point de vue technologique et philosophique, on venait simplement de faire un bond de deux siècles en arrière. S'accrocher aux étoiles - Katie KAHN

Les détails du livre

S'accrocher aux étoiles

Auteur : Katie KAHN
Titre VO : Hold back the stars
Traducteur : Marie HERMET
Éditeur : Super 8
Prix : 20 €
Nombre de pages : 464
Parution : 11 mai 2017

Acheter le livre


S'accrocher aux étoiles

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Des erreurs ont été commises : le retour truculent de notre linguiste préféré (David Carkeet).

. 21 mai 2017. Caroline D.