En haut !

Petites scènes capitales : une vie peu ordinaire palpite entre nos doigts

[Carozine se délecte avec Petites scènes capitales - Sylvie GERMAIN]

28 Sept. 2013

Ce mois-ci, le jury littéraire n'a pas franchement fait les choses à moitié et j'ai donc reçu 7 livres dans ma boîte aux lettres (rien que cela, oui, oui ! Ca vous en bouche un coin, n'est-il pas, docteur Watson ?!)… parmi lesquels Petites scènes capitales de Sylvie Germain. Connaissant mon penchant très limité pour les auteurs français contemporains, vous pensez bien que je n'avais absolument jamais rien lu de Sylvie Germain avant cette journée orageuse. Le fait est que, comme avec Delphine de Vigan (et son magnifique Rien ne s'oppose à la nuit), je n'ai pas été déçue par ma lecture… Petites scènes capitales a su me captiver, me happer par ces mots si précieux et cette vie loin d'être aussi ordinaire que ne semble le penser cet intrigant personnage de Lili Barbara. Mais ne plaçons pas la charrue avant les boeufs et revenons donc au début de l'histoire… Oui, oui, vous avez le droit de plonger votre pouce sous votre palais, je n'en dirai rien, promis juré.

Des pistes où guider sa curiosité, les adultes n'en ouvrent guère en général, ils se hâtent même d'en fermer certaines, sitôt entrouvertes, de peur que l'enfant ne s'égare dans des espaces trop vastes et trop accendités pour elle. Ils ont surtout la paresse de chercher les mots, à la fois simples et justes, qui pourraient l'éclairer, et du coup elle s'attarde dans l'ignorance et la crédulité, et aussi dans de confuses inquiétudes. Petites scènes capitales - Sylvie GERMAIN

Petites scènes capitales : une Lili pas encore Barbara et une famille si particulière

Petites scènes capitales - Sylvie GERMAIN [Ed. Albin Michel]
Il était une fois, une petite fille ordinaire à la chevelure brune parsemée d'éclats roux flamboyant au soleil ; à travers ce regard d'enfant, on perçoit la solitude douce-amère d'une petite fille dont la vie est désertée de mère, manque qu'une Nati, grand-mère affectueuse et douce, tente de combler par fragments éparpillés. Petit à petit, Lili grandit… elle quitte sa chambre près d'une ménagerie pour s'incruster dans une fratrie dominée par la présence d'une mère magnifique mais partiale, Viviane. Le premier jour d'école, Lili apprend qu'elle s'appelle en fait Barbara et, au final, elle n'aura de cesse, tout au long de cette vie chaotique qui se livre sous nos yeux, de réunir ces deux éclats cristallisés de petite fille en une seule et unique personne : Lili Barbara. Les événements digne d'une apocalypse se succèdent autour de cette petite fille ordinaire en manque désespéré de tendresse et de cette famille brisée par les drames et les secrets, les inclinaisons parentales pour l'un ou l'autre de leurs enfants... laissant le reste de la fratrie dans l'ombre d'un amour tant attendu.

La voix des oiseaux. Les voix de brume et de rouille des oiseaux écroués. Elles bercent ses siestes et ses nuits. Elles ne l'effraient pas, elles l'apaisent au contraire. Parmi ces voix étranges et familières, elle aime particulièrement celle des paons, grise et rugueuse, et les hululements des rapaces nocturnes qui lui font l'effet de longs rubans de sons soyeux ondoyant dans le noir. Elles remplacent la voix inconnue de sa mère, sa voix manquante et désirée. Petites scènes capitales - Sylvie GERMAIN

Petites scènes capitales : des fragments et un fil conducteur

Sylvie Germain [auteur de Petites scènes capitales] © Tadeusz Kluba
Avec Petites scènes capitales, dont on comprend le titre dès les premières pages, Sylvie Germain nous livre autant d'instantanés, fragments de la vie de Lili Barbara, fugitivement animés par le soudain projecteur braqué sur eux. On saute ainsi d'un souvenir à l'autre, emporté par le style fluide de Sylvie Germain, ces phrases qui coulent entre nos doigts et nous emportent de page en page, portées par des mots, sélectionnés avec une précision de gemmologie, qui roulent entre deux ponctuations. On découvre alors la vie de cette petite fille persuadée d'être trop ordinaire pour avoir une réelle place dans sa famille, les petites jalousies de fratrie qui s'effacent devant le pouvoir des contes, mais surtout la famille dans toute sa puissance destructrice et l'amour, tel un radeau salvateur, une bouffée d'air frais. L'histoire de Lili Barbara palpite entre ces Petites scènes capitales, véritables instantanés maintenus par ce fil doré tenace et fragile : l'absence de sa mère. Petites scènes capitales est un roman émouvant, fébrile et tendre qui embrasse les époques et les personnes, les deuils et les renaissances, sonde avec poésie l'âme humaine parsemée d'ombre et de lumière… laisse deviner l'émoi d'une femme abîmée mais tellement peu ordinaire, et sa vie qui trouvera son harmonie par l'art et la résonance qu'il éveille en elle.

Mais l'autre ne parle pas des rails, c'est le ciel qu'elle considère, ce grand pan de bleu foncé à présent souligné d'un rai vert jade. "A ton avis, demande-t-elle sans bouger de position, c'est un lever ou un tomber de rideau ? Je me pose chaque soir la question. Qu'est-ce qui se passe derrière ce bleu qui vire au noir, qu'est-ce qui s'y joue ? Nos rêves ? La vraie vie ?" Ce qui s'y joue ? Rien, rien que des remous de ténèbres et de feux, des collisions et des explosions d'étoiles au loin, tout comme ici sur la terre, dans la tête et les coeurs, mais en beaucoup plus grand, follement plus puissant, voilà ce que pense Lili. Petites scènes capitales - Sylvie GERMAIN

Les détails du livre

Petites scènes capitales

Auteur : Sylvie GERMAIN
Editeur : Albin Michel
Prix : 19 €
Nombre de pages : 246
Parution : août 2013

Acheter le livre


Petites scènes
capitales

28 septembre 2013

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Tout ce que je suis : Hitler et espionnage

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives