En haut !

My Lady Nicotine : à la découverte d'un auteur déjanté

[Critique du roman My Lady Nicotine - James Matthew BARRIE]

Dans une extrême grandeur d'âme et dans la volonté fort charitable de faire votre éducation littéraire, rien de moins, Caro(z)ine a décidé de vous faire découvrir l'humour made in Grande-Bretagne et par la même occasion un génialissime auteur trop souvent cantonné à son œuvre la plus connue : James Matthew Barrie, l'auteur déjanté de Peter Pan... qui est un livre qui mérite, comme le Petit Nicolas, d'être relu à l'âge où l'on peut comprendre le second degré et où l'on a dépassé les trois pommes de hauteur car ce petit chef d'oeuvre de littérature enfantine en est truffé. Mais le sujet de cet article étant My Lady Nicotine et l'influence du tabac sur la vie maritale ou familiale, passons outre les amusements de l'enfant qui refusait de grandir pour nous attaquer à cette pépite humoristique signée James Matthew Barrie : My Lady Nicotine. Petit avertissement pour les malheureux utilisateurs des transports en commun : évitez d'y lire My Lady Nicotine sous peine de devoir supporter les regards courroucés si vous explosez de rire ou de finir, chose plus triste, dans un asyle pour les fêtes de fin d'année.

My Lady Nicotine : quand l'addiction devient farce

My Lady Nicotine - James Matthew BARRIE [Ed. Le Passeur]
Imaginez six célibataires invétérés, amateurs d'un tabac répondant au doux nom d'Arcadie : vous voyez leur moustache raffinée surplombant de fines lèvres entrouvertes desquelles s'exhale une fumée opaque provenant d'une pipe en bruyère ? Parfait. Maintenant, installez-les dans des fauteuils club au cuir patiné, au cœur d'une péniche, dans un salon chaleureux mais viril et nimbé de volutes de fumée arcadienne. Mais de quoi donc peuvent bien parler ces hommes élégants, interrompus par les va-et-vient intempestifs du garçon de cabine ? De tabac, bien sûr et de leur vie sentimentale ou familiale, of course.
En trente-trois petits récits qui ont de quoi décoiffer les bonnets de nuit, James Matthew Barrie nous conte avec humour et autodérision les anecdotes dévoilées dans le secret de ces soirées masculines, pendant lesquelles ces six hommes rêvaient de châteaux en Espagne. Dans My Lady Nicotine, James Matthew Barrie évoque ainsi allègrement son amour pour l'Arcadie, ses tentatives pour arrêter de fumer, ses relations avec son turbulent neveu Primus ou encore comment le tabac influence les relations amoureuses.
Deux cigares par jour, à neuf pence pièce, cela représente vingt-sept livres, sept shilling, six pence par an et quatre once de tabac par semaine à neuf shillings la livre, reviennent à cinq livres dix-sept shillings annuels. Ce qui donne en tout trente-trois livres, quatre shillings, six pence (...). Avec trente-trois livres, quatre shillings, six pence on peut acheter un tapis oriental pour le salon, ainsi qu'un chapeau de soleil et une jolie robe (...). Une fois marié, l'homme s'ouvre à bien des choses auxquelles il restait insensible auparavant, comme les délices d'ajouter un nouveau meuble dans le salon chaque mois et d'avoir une chambre rose et or.My Lady Nicotine - James Matthew BARRIE

My Lady Nicotine : comment résister à l'humour britannique ?

James Matthew BARRIE [auteur de My Lady Nicotine]
Et comme un homme préfèrera toujours la compagnie de son tabac et de ses amis aux discussions d'aménagement du salon de réception ou au choix laborieux et délicat d'une capeline, le club des amateurs d'Arcadie ne risquait pas de se retrouver à court d'anecdotes, qu'elles proviennent de Gilray, Marriot (le jeune romancier Henry Marriott-Watson pour les amateurs de détails croustillants) ou encore Scrymgeour... et James Matthew Barrie de nous les transmettre, dans les moindres détails désopilants, comme le devoir de vacances de son neveu, envoyé au précepteur qui a dû en rester pantelant de stupeur, ou encore les lettres très pragmatiques envoyées à son oncle concernant son cadeau de Noël (occupation des plus importantes, s'il en est).
My Lady Nicotine est un festival d'humour pince-sans-rire, d'ironie et d'autodérision ; une petite pépite réjouissante à ne pas manquer, et qui vous fera découvrir cet auteur écossais méconnu qui mérite que l'on s'attarde sur son oeuvre désopilante (vous pourrez en profiter pour relire Peter Pan, vous ne le regretterez pas).
Très honoré maître, je m'aventure à vous parler d'un sujet d'intérêt général pour tous ceux qui sont engagés dans l'éducation et le sujet en question est Mes vacances et la manière dont j'en ai tiré profit (...). Mon oncle a été particulièrement impressionné quand je lui ai dit que César était mon auteur latin préféré, et j'ai cité "Veni, vidi vici" et d'autres choses dont je ne me souviens plus pour l'instant.My Lady Nicotine - James Matthew BARRIE

My Lady Nicotine

Auteur : James Matthew BARRIE
Editeur : Attila
Prix : 17.33 €
Pages : 284
Parution : 15 mai 2008.


My Lady
Nicotine

25 octobre 2010
>> Autres lectures de Carozine : Les vestiges du jour : magnifique

Lecture & Bouquins . . Caroline DEBLAIS.