En haut !

[Rentrée littéraire 2017] Les ombres de l'Araguaia

[Carozine dévore le roman Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT]

Carozine lit le roman Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT
En ce jour pluvieux et franchement automnal, nous allons délaisser la littérature jeunesse et nous plonger dans la moiteur du Rio Araguaia, au Brésil. Et, pour poursuivre cette rentrée littéraire 2017 (chez Métailié), je reste étrangement dans les mêmes thèmes que ma précédente lecture (le roman de Karla Suárez : Le fils du héros) : les démons du passé et les luttes contre les dictatures. Entre autres. Mais nous allons tenter de ne pas nous emmêler les pinceaux entre les lectures et de rester concentré (de tomate). Aujourd’hui, je vous parle donc du roman d’une auteure que je ne connaissais pas encore, Guiomar de Grammont : Les ombres de l’Araguaia. Prenez votre anti-moustique, votre chapeau d’Indiana Jones et je vous emmène dans le coeur du Brésil sur les traces d’une héroïne qui se débat avec un passé bien trouble.

On dirait un rêve maintenant, la végétation envahit les sentiers. Mes blessures sont devenues des cicatrices, elles vont disparaître. Comme les noms. Ils vont disparaître, peu à peu, en même temps que ce que nous ne voulons pas nous rappeler. Quand je suis retourné au camp, je suis allé à la cachette dans le creux du grand arbre tombé en travers de la rivière. Il était toujours là, avec son tronc rugueux. Les arbres pleurent et meurent, mais leur tronc, leurs branches demeurent. Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT

Les ombres de l'Araguaia : le Brésil, ses guérillas et une jeune femme en quête de vérité

Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT [ed. Métailié]
Nous sommes au Brésil et Sofia, jeune femme passionnée de lettres, tente de faire sa vie au coeur d’une famille déchirée : la mère se laisse lentement emportée par la folie ; le père est mort gangrené de remords et de chagrin car le fils, Leonardo, le héros de la famille, est parti, il y a bien longtemps, mener une guerre au nom de l’idéologie communiste contre la dictature qui étranglait alors le Brésil. Il ne reviendra jamais. Et à l’heure où Sofia tente de vendre la maison familiale, elle se heurte à des formalités administratives un brin perverses : pas de corps, pas de disparition donc pas d’héritage. Pour reprendre le cours de sa vie, elle décide donc de partir à la recherche de son frère, de tenter de découvrir la vérité sur cette guérilla de l’Araguaia à laquelle il aurait participé et qu’elle découvre d’une étrange façon : en lisant un journal écrit à deux mains, partagé entre une jeune femme qui découvre les travers de la guérilla, et son amant, qui reprend le récit au moment où s’interrompt sa compagne, au moment où leur campement est dévasté par des soldats sur les dents.

Tu sais comme la forêt devient exubérante après la pluie. L’odeur me rappelle le jour où nous nous sommes couchés dans une clairière, une fois que j’ai eu amoureusement aménagé l’endroit, en en enlevant les brindilles et en recouvrant le sol avec les herbes les plus moelleuses que j’avais pu trouver, tel un oiseau faisant son nid pour ses petits. Un lit pour toi, ma chérie. Aujourd’hui, pour pouvoir continuer, je puise mon courage dans le souvenir de ton corps illuminé par le soleil. Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT

Les ombres de l'Araguaia : un roman foisonnant et passionnant

Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT [ed. Métailié]
À travers les pages de son roman Les ombres de l’Araguaia, Guiomar De Grammont plonge au coeur de l’histoire brésilienne et s’interroge sur cette guérilla de l’Araguaia qui aura fait couler tant de sang, dans les années 70. Des deux côtés. Car la force du roman Les ombres de l’Araguaia est de ne pas sombrer dans le manichéisme : la folie rôde dans les deux camps ; la violence explose des deux côtés et personne n’en sort indemne. Les ombres de l’Araguaia s’ouvre sur les pages du journal rédigé par l’un des révolutionnaires utopistes souhaitant mettre à bas le régime militaire brésilien et, immédiatement, nous sommes absorbés par cette moiteur de la forêt qui entoure le Rio Araguaia, cette faune verdoyante et humide qui peut aussi bien vous sauver que vous tuer. Et, à partir de ces premières pages, le charme ne cessera pas. J’ai été transportée par cette belle écriture fluide et mélodieuse, par cette construction façon polar dans laquelle nous suivons Sofia au gré de ses pérégrinations pour dénicher la vérité enfouie sous des piles de mensonges et de secrets et par cette lecture du journal incroyablement vivante et déchirante. Tout est parfaitement bien mené, l’intrigue s’imbrique à merveille et Guiomar de Grammont mène toutes ses interrogations d’une main de maître. Et il faut regarder d’un peu plus près l’histoire du Brésil pour s’apercevoir que cela demande un certain courage puisqu’une loi datant de 1979 cherche à faire effacer cette période… mais il semble que le Brésil refuse d’oublier. Bref. Les ombres de l’Araguaia fut un joli coup de coeur.

Après des semaines sans voir un seul être humain, tout ce que je voulais c’est que quelqu’un, qui que ce soit, me trouve. J’ai marché encore un peu, j’ai traversé une forêt inextricable. J’ai grimpé sur une hauteur pour voir si j’arrivais à apercevoir un lieu habité, mais rien. La forêt s’étendait, en ondulations, à perte de vue. À d’autres moments, j’aurais apprécié la beauté du paysage, mais là, ma chérie, c’était impossible. J’ai contrôlé mon envie de me jeter de là-haut. Je savais que c’était en partie une hallucination : j’avais l’impression que je me serais juste enfoncé dans ce tapis moelleux formé par la canopée (…) Les ombres de l'Araguaia - Guiomar DE GRAMMONT

Les détails du livre

Les ombres de l'Araguaia

Auteur : Guiomar DE GRAMMONT
Traducteur : Danielle SCHRAMM (Palavras cruzadas)
Éditeur : Métailié
Prix : 18 €
Nombre de pages : 240
Parution : 14 septembre 2017

Acheter le livre


Les Ombres de l'Araguaia

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : [Rentrée littéraire 2017] Une histoire des loups : conte doux-amer.

. 16 septembre 2017. Caroline D.