En haut !

Le prince des marées de Pat Conroy : flamboyant

[Critique du roman Le Prince des marées - Pat CONROY]

Il était plus que temps pour Caro(z)ine de vous redonner de quoi lire et de reprendre sa rubrique Lecture & bouquins qui était sérieusement en train de prendre la poussière (et ce n'est pourtant pas pour défaut de lectures). Alors voilà : il était une fois, une princesse qui se morfondait dans sons cagibi faisant office d'appartement, car elle n'avait plus rien à lire ; elle ronchonnait autant qu'elle pouvait en marmonnant dans sa barbe inexistante que cela faisait des lustres qu'elle n'avait pas eu entre les mains une fresque familiale digne de ce nom, la plongeant corps et âme dans une histoire envoûtante... Mais heureusement, une bonne fée (merci Mademoiselle V.) entendit ses jérémiades et lui remit Le Prince des Marées, de Pat Conroy, qui était jusque là un illustre inconnu au bataillon d'auteurs de la princesse. Aujourd'hui est venu pour la princesse le temps de remercier bien bas cette bonne fée car Le Prince des Marées est une oeuvre sublime et inoubliable. Et il n'en est pas moins temps de vous faire partager cette savoureuse découverte pour réveiller vos émotions endormies et vous emporter dans un tourbillon dont on a du mal à se défaire, même après la dernière page.

Le Prince des Marées : un roman sombre

Le Prince des marées - Pat CONROY [Ed. Grasset]
Au coeur de la petite île de Melrose, en Caroline du Sud (voilà un état parfait, on ne peut rêver nom plus paradisiaque ! Non ? Bon), vivote la famille Wingo ; les trois enfants (Tom et Savannah, Luke) grandissent tant bien que mal sur cette île aux paysages sauvages et magnifiques, entre un père violent et destructeur, une mère dévorée d'ambition et mythomane, un grand-père illuminé et une grand-mère féministe. Leur enfance, scellée par un pacte du silence, préfigure les drames inévitables et l'on retrouve, des années plus tard, Tom (le narrateur) rendu à New-York pour tenter de sauver sa soeur jumelle, après une énième tentative de suicide. Pour la sauver et tenter de se séparer des ombres tenaces de son passé en déposant un baume salvateur sur cette enfance meurtrie, Tom acceptera (il faut dire que la psychologue de Savannah aura sû y mettre les formes) de plonger dans son enfance et d'y traquer le moindre souvenir... de dévoiler le drame sanglant qui se déroula dans cette contrée marécageuse où le destin de la famille Wingo semble s'être enraciné. De cette plongée dans les noirs souvenirs familiaux dépendra le salut de Savannah... et de son frère, tous deux incapables de se construire sur cette enfance martyrisée.
Ma blessure a nom géographie. Elle est aussi mon ancrage, mon port d'attache. J'ai grandi lentement, à l'ombre des marées et marécages du comté de Colleton. J'avais les bras hâlés et robustes après les longues journées de travail sur le crevettier, dans la chaleur incandescente de Caroline du Sud. Parce que j'étais un Wingo, j'ai travaillé dès que j'ai su marcher ; à cinq ans, je savais pêcher le crabe mou. J'avais sept ans lorsque j'ai tué mon premier chevreuil, et à neuf ans, je mettais régulièrement de la viande dans les assiettes de la table familiale. J'étais né sur une île marine de Caroline, j'y avais été élevé, et je portais, imprimé sur mes épaules et sur mon dos, l'or sombre du soleil des basses terres.Le Prince des marées - Pat CONROY

Le prince des marées : une magnifique fresque familiale

Pat CONROY [Le Prince des marées]
Souvenirs écorchés peuplés d'un tigre amadoué, d'humiliations enfantines et de la mort de Luke (l'aîné) viennent se heurter au présent de Tom Wingo, en une incroyable fluidité ; Le Prince des Marées, c'est la remarquable combinaison d'une atmosphère sombre et emplie de tendresse, de poésie, de paysages somptueux et d'une écriture puissante et enlevée. La tragédie familiale évoquée au gré des souvenirs de Tom offre, cependant, de salutaires parcelles de légèreté, d'humour et de romance (ce n'est pas pour des prunes que, dans l'adaptation cinématographique, Barbara Streisand s'est réservé le rôle de la belle psychiatre, Susan Lowenstein, guidant Tom vers la rédemption et l'on suppose qu'elle aura su rendre l'histoire sirupeuse à souhait).
Le Prince des marées est un roman flamboyant qui se dévore et se savoure, car il est bien rare de tomber sur de tels livres.
C'est ma soeur qui m'a contraint à affronter mon siècle, et c'est grâce à elle que j'ai fini par me libérer suffisamment pour pouvoir regarder la réalité des jours vécus au bord du fleuve. Je vivais depuis trop longtemps à la surface de la vie, et elle m'a entraîné doucement dans les eaux profondes où toutes les épaves, tous les squelettes, toutes les coques noires attendaient mon inspection hésitante.Le Prince des marées - Pat CONROY

Le prince des marées

Auteur : Pat CONROY
Editeur : Pocket
Prix : 10.64 €
Pages : 1069
Parution : 23 juin 2004.


Le Prince des
Marées

21 décembre 2010
>> Autres lectures de Carozine : Le Maître et Marguerite : fable déjantée

Lecture & Bouquins . . Caroline DEBLAIS.