En haut !

Le calligraphe de Voltaire : Histoire ; intrigue et espièglerie

[Critique du roman Le calligraphe de Voltaire - Pablo DE SANTIS]

12 Juin 2012

Carozine lit : Le calligraphe de Voltaire
Après avoir lu La soif primordiale, je m'étais promis de retrouver la plume délectable de Pablo de Santis que, au vu de l'adjectif précédemment utilisé, j'avais fortement appréciée. C'est chose faite avec Le calligraphe de Voltaire. Et point déçue je fus. Au coeur d'une intrigue historique, Pablo de Santis s'amuse à implanter des éléments farfelus et des secrets que l'on emporte dans la tombe (que d'autres personnes s'amuseront à profaner, mais cela est un autre problème existentiel). Voltaire n'y est plus que l'ombre de lui-même, vieux croûlant grincheux se méfiant de tous et de tout (ce qui, toutefois, s'explique par les missives débordant d'imagination pour mettre un terme à la vie de notre philosophe national) et cela est déjà franchement jubilatoire car, en m'endormant sur les analyses lexicales de ses textes pendant mes cours de lettres, jamais je n'avais imaginé le pilier de notre culture sous cet angle. Le calligraphe de Voltaire est un livre bouillonnant et facétieux, dans lequel on se plonge avec délice.

Le calligraphe de Voltaire : une Lumière transformée en vieux croûlant, de joli(e)s cadavres et un calligraphe surdoué

Le calligraphe de Voltaire - Pablo DE SANTIS [Ed. Métailié]
Alors que le calligraphe vieillissant Dalessius fuit vers de lointaines contrées, le coeur de Voltaire sous la main... Oui, oui, ce même Voltaire que nous avons laborieusement étudié en usant nos fonds de culotte sur les bancs du collège. Imaginez un peu ! un petit vieux claudiquant emportant avec lui, planqué sous son manteau, le coeur (plus très palpitant) de notre trésor national ! Mais reprenons : au terme de sa vie, Dalessius entreprend de rédiger ses mémoires et d'y aborder plus particulièrement ses premières années, celles qui le virent entrer au service de Voltaire. Dalessisus, alors âgé d'une vingtaine d'années, entre au service du propriétaire du château Ferney après avoir malencontreusement utilisé de l'encre invisible pour rédiger le chef d'accusation d'une certaine Catherine Béza ayant assassiné son général de mari. Aussi sec, Voltaire s'empresse d'envoyer son jeune calligraphe à Toulouse, où le procès Calas ameute les foules et éveille le fanatisme religieux, puis à Paris, afin de contrecarrer les projets des dominicains cherchant à réduire l'influence des encyclopédistes. Pendant le voyage, il tombera amoureux d'un cadavre... mais les apparences sont-elles fiables ?

La vie de Voltaire n'avait manqué ni de combats, ni de prison, ni d'exil. Je m'attendais à voir un géant à tête énorme, aux yeux clairvoyants, mais je trouvai un vieillard qui paraissait irréel et ressemblait à un dessin sur une page de livre (un livre que l'on aurait oublié dans le jardin par une nuit pluvieuse). Ses dents avaient été emportées par le scorbut, sa tête chauve était couverte d'un bonnet de laine et sa langue, à cause de la manie qui était sienne de s'en servir pour mouiller sa plume lorsque l'encre était sèche, était aussi bleue que celle des pendus.Le calligraphe de Voltaire - Pablo DE SANTIS

Le calligraphe de Voltaire : bouillonnant

Pablo de Santis [Le calligraphe de Voltaire]
D'une trame historique gorgée de rues malodorantes et de sbires planqués sous de longues capes, Pablo de Santis fournit avec Le calligraphe de Voltaire une histoire étrange ou l'irréel s'invite entre chaque ligne. Dalessius côtoiera un abbé avide de pouvoir, un calligraphe de renom et spécialiste des encres empoisonnées, un insatiable Gepetto dont les mains mettent au monde d'incroyables automates, plus vrais que nature, dont il est délicat de déterminer s'ils relèvent de l'humain ou de la machine. Le calligraphe de Voltaire fourmille d'idées toutes plus farfelues les unes que les autres et Pablo de Santis possède décidément un style (et une imagination) que j'affectionne particulièrement ! Plongeant dans le fantastique et le sensuel (Delassisus écrit des messages cryptés sur la peau nue de jeunes femmes servant de messagers), Le calligraphe de Voltaire fait du monde une énigme et se révèle être un livre fort savoureux.

Voltaire ayant beaucoup d'ennemis, ouvrir le courrier était fort dangereux. On lui envoyait des aiguilles empoisonnées dissimulées entre les pages, des lettres avec des ampoules exhalant des vapeurs vénéneuses, des araignées tueuses. Et dans les paquets qu'il recevait, on trouvait souvent de faux livres contenant des serpents en hibernation ou de délicats mécanismes exlosifs. Dans un salon spécial, loin de toute autre présence afin qu'il n'y eût pas d'autres victimes, j'examinais enveloppes et paquets en retenant mon souffle.Le calligraphe de Voltaire - Pablo DE SANTIS

Les détails du livre

Le calligraphe de Voltaire

Auteur : Pablo DE SANTIS
Editeur : Métailié
Prix : 16.50 €
Nombre de pages : 168
Parution : 15 septembre 2004.

Acheter le livre


Le
calligraphe
de Voltaire

12 juin 2012

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Home : les années 50 made by Morrison

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives