En haut !

La valse des arbres et du ciel : Van Gogh sous une nouvelle facette

[Carozine dévore le roman La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA]

10 Nov. 2016

Carozine lit le roman La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA
S’il y a bien un peintre qui m’a toujours étonnée et fascinée, c’est Vincent Van Gogh. J’ai toujours été curieuse de savoir comment il voyait les choses pour nous offrir des tableaux aussi colorés, aussi fougueux. Un peu comme le pointillisme, me direz-vous. Avaient-ils des pixels à la place de pupilles pour observer le monde qui les entouraient avec autant de tâches ? Blague douteuse mise à part, je dois avouer que j’aurais adoré rencontrer Vincent Van Gogh, voir le monde à travers ses yeux. Ceci n’étant finalement pas vraiment réalisable, je me suis aidée de Jean-Michel Guenassia pour approcher le peintre annonçant mieux que personne le fauvisme, avec son dernier roman en date : La valse des arbres et du ciel. On empoigne nos brosses et nos tubes de gouache, et on fonce vers Auvers-sur-Oise, où Vincent Van Gogh a trouvé la mort en 1890, à seulement 37 ans.

Je tiens à être honnête avec ceux qui me liront, mais surtout avec moi-même. Ces souvenirs heureux sont tout ce qui me reste et je ne veux pas qu’ils soient gâchés. Un jour, ce journal sera découvert, et cette histoire sera révélée. Pour qu’elle reste secrète, comme elle l’a été jusqu’à ce jour, il aurait fallu que je brûle ce carnet, mais je ne peux m’y résoudre, car il constitue l’unique lien qui me relie à lui et, dans ces pages, je peux relire notre histoire et retrouver ma jeunesse. Et cela, je ne peux me décider à l’effacer. Après… quelle importance. La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA

La valse des arbres et du ciel : une jeune femme demandant à devenir papillon et un peintre méconnu

La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA [ed. Albin Michel]
Nous sommes en 1949. Les guerres se sont abattues sur le monde et une vieille femme, après soixante ans de réflexion, décide de prendre la plume pour évoquer celui qui a changé sa vie et qu’elle a aimé avec passion : Vincent Van Gogh. En un battement de cils, nous débarquons frais et dispos en 1890 : Marguerite Gachet a 19 ans et se sent horriblement étriquée dans le carcan que cherche à lui imposer la société. Promise depuis son plus jeune âge au fils du pharmacien de Pontoise, Georges Sécrétant, elle s’ennuie prodigieusement dans la maison provinciale de son père, le docteur Gachet. Cultivée et intelligente, elle s’entraîne à la peinture, sans réel talent ni fièvre créatrice, mais avec beaucoup de persévérance quand, un beau jour, lors d’une exposition à la mairie de Pontoise, le peintre Pissarro demande au docteur Gachet de prendre un charge un nouveau patient, directement sorti de l’hôpital de Saint-Rémy-de-Provence. Et ce jour changera la vie de Marguerite. À jamais. Quelques jours plus tard, elle aperçoit le chapeau jaune paille de Vincent Van Gogh et sa barbe rousse… et son coeur ne tardera pas à s’enflammer pour ce peintre fiévreux aux couleurs éclatantes. Défiant les conventions et reléguant sa réputation au placard, Marguerite se jette à corps perdu dans cette étrange relation.

Quel mot existe-t-il pour exprimer le choc que j’éprouve en voyant pour la première fois un tableau de Vincent ? Je reste interdite, muette, pétrifiée, comme si on venait d’ouvrir l’Arche d’alliance et que je venais d’avoir la révélation, de découvrir ce qui m’avait été caché depuis toujours.
Je suis passée mille fois devant ce paysage qui était pour moi semblable à mille autres vallons possibles, mais ce que je vois n’est ni banal ni paisible, ce sont les blés et les arbres qui vibrent comme s’ils étaient vivants et passionnés de vivre, le vent qui les bouleverse, le jaune qui s’agite de partout et le vert qui tremble. La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA

La valse des arbres et du ciel : un roman léger et mélodieux

La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA [ed. Albin Michel]
De son style fluide et aérien, Jean-Michel Guenassia, avec La valse des arbres et du ciel, nous plonge dans les derniers mois de Vincent Van Gogh (après nous avoir intéressés au cas du célèbre Che, dans son roman La vie rêvée d’Ernesto G.). Et quels mois ! À son arrivée à Auvers-sur-Oise, Vincent Van Gogh ne peindra pas moins de 75 toiles… en 70 jours. Ayant quelques doutes sur l’efficacité médicale du docteur Gachet, le peintre n’en profitera pas moins de son séjour dans la petite ville, avant de se suicider, si l’on se fie aux thèses classiques. Et si, justement, Vincent Van Gogh ne s’était pas suicidé ? Et si, étant donné le nombre de faux venus se glisser dans les dons d’oeuvres en provenance de la famille Gachet, le docteur n’était qu’un faussaire cupide ? Avec délectation, Jean-Michel Guenassia se glisse dans ces failles historiques auxquelles nul ne peut apporter de réponse pour nous livrer sa vision des derniers mois du peintre. La valse des arbres et du ciel nous plonge dans le journal de Marguerite Gachet, passionnément éprise de Van Gogh… et aimée de lui ? Nul ne le saura jamais. Par le biais de ses mots de jeune femme fougueuse mais loin d’être intrépide, La valse des arbres et du ciel aborde la question de la place des femmes dans cette société masculine, où elles troquaient la prison paternelle pour la prison maritale après avoir obtenu un baccalauréat qui, bien souvent, ne leur servait à rien puisque les universités leur étaient généralement fermées. Étriquée par les conventions, Marguerite Gachet cherche à s’évader sans bien savoir comment… jusqu’à sa rencontre avec Vincent Van Gogh. Subjuguée par ses peintures, qui offrent à Jean-Michel Guenassia un magnifique prétexte pour nous les décrire et les rendre si vivantes, si envoûtantes, Marguerite cherche désespérement un moyen de quitter sa monotone vie. La valse des arbres et du ciel se dévore d’une traite, n’apportera pas de réponse à ceux qui espèrent dénouer le mystère entourant la mort de Van Gogh mais permettra de passer un très agréable moment en sa compagnie, de s’imaginer derrière lui en train de le regarder peindre dans un champ de blé en plein soleil. Avec La valse des arbres et du ciel, Jean-Michel Guenassia nous dresse un portrait bouillonnant de vie de ce peintre que l’on réduit bien trop souvent au qualificatif de dément et nous donne envie de retourner dans un musée pour nous absorber devant ses oeuvres.

Quel que soit le prix à payer, il sera moins pénible que cette mort lente. Je n’ai rien choisi, je suis acculée, ce sont les autres qui m’obligent, et je dois aujourd’hui me décider, car je n’aurai pas la force de résister à cette pression insidieuse, pas plus que d’assumer la destinée qui m’est préparée. Pour avoir la paix, je risque de devoir me résigner, Georges n’est pas le pire, il n’est ni chauve ni ventripotent, il n’a pas mauvaise haleine, il est drôle et cultivé, il me laissera une paix royale (…) La valse des arbres et du ciel - Jean-Michel GUENASSIA

Les détails du livre

La valse des arbres et du ciel

Auteur : Jean-Michel GUENASSIA
Éditeur : Albin Michel
Prix : 19,50 €
Nombre de pages : 297
Parution : 17 août 2016

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Histoire d'un chien mapuche : une fable envoûtante.

. 10 novembre 2016. Caroline D.