En haut !

La saga des émigrants 1 : Au Pays
Carozine se plonge dans la lecture des épopées de Suédois bien courageux

[Critique du roman La saga des émigrants 1 : Au Pays de Vilhelm MOBERG]

29 Juil. 2012

Carozine lit La saga des émigrants T1
Aaaaah... l'été... Les crèmes solaires, les lunettes noires, les marques de maillot de bain toujours si glamour... et les promotions organisées par les éditions Le Livre de Poche ! Eh oui, à défaut de profiter du soleil sur une belle plage, Carozine profite des offres en librairie et, cette semaine, une âme bien charitable m'a fait découvrir La Saga des émigrants 1 : Au Pays, de Vilhelm Moberg, parmi les livres offerts par Le Livre de Poche. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas dévoré un livre aussi rapidement ! L'excellente nouvelle étant que j'aurai de quoi me rassasier car Vilhelm Moberg a décliné La Saga des émigrants en 8 tomes... nous avons donc largement de quoi voir venir l'hiver sans nous retrouver dépourvus de lecture ! La Saga des émigrants 1 : Au Pays est un roman historique magistral qui nous emporte dans un quotidien que l'on a jamais connu et pourtant si proche de nous.

La saga des émigrants [1] : gros plan sur la Suède avec Au Pays

La saga des émigrants 1 : Au Pays - Vilhelm MOBERG [Ed. Le Livre de Poche]
Pour ce premier tome de La Saga des émigrants (suédois), Vilhelm Moberg se penche sur les raisons de leur départ vers ces terres méconnues que sont les Etats-Unis. Nous sommes en 1844, dans la province du Småland, dans le fin fond de la Suède. Les habitants vivent de leur terre depuis des générations, toutefois, les parcelles cultivables se réduisent comme peau de chagrin au gré des héritages. Karl Oskar Nilsson (le fils de Nils, comme son patronyme le signale) est l'aîné d'une longue lignée de paysans et hérite, avec de nombreuses dettes, de la ferme familiale. "Hérite" ? Pas tout à fait. Karl Oskar devra racheter la ferme à ses parents, qui ne sont plus en âge de labourer, et leur verser une rente, en plus de les héberger. Mais qu'à cela ne tienne. Karl Oskar est aussi têtu que son nez est large : il se marie avec une jolie blondinette et rachète la ferme. Malheureusement, les choses ne se passent pas aussi facilement que prévu pour notre tête de mule : après deux premières années magnifiques laissant présager un avenir radieux, le temps se gâte et les récoltes deviennent de plus en plus laborieuses. Tandis que la famille s'agrandit de (nombreux) enfants, les dettes de Karl Oskar augmentent et ce dernier rêve de jours meilleurs. De son côté, Robert, le petit frère dépourvu de terres, est voué à un avenir de valet... ce qui ne sied guère aux rêves d'évasion et d'aventure du benjamin. Seul élève faisant preuve d'un réel intérêt pour l'école et la lecture, il se voit offrir un livre sur l'Amérique, qu'il apprendra par coeur, nourrissant ainsi son rêve de partir s'installer sur ces terres lointaines mais si prometteuses.

Les maisons grises ne se dressaient guère au-dessus du sol, mais elles étaient bâties pour durer des siècles et les gens passaient leur vie entière, depuis leur naissance jusqu'à leur mort, sous le même toit d'écorce de bouleau recouvert de tourbe. Mariages, baptêmes et enterrements se succédaient, la flamme de la vie s'allumait et s'éteignait entre les quatre mêmes murs faits de troncs de pin équarris. En dehors des grands événements de l'existence, on ne connaissait guère d'autre péripétie que l'alternance des saisons. Au printemps, le blé en herbe était vert dans le champ, en automne le chaume était jaune. la vie s'écoulait paisiblement, tandis que le paysan voyait se déroule le cycle des années.La saga des émigrants 1 : Au Pays - Vilhelm MOBERG

La saga des émigrants [1] : le souffle des origines

La saga des émigrants 1 : Au Pays - Vilhelm MOBERG
A partir des archives suédoises tenues avec précision, Vilhelm Moberg reconstitue l'histoire des ces familles ayant décidé de se tourner vers un avenir ne pouvant qu'être meilleur et de prendre le risque d'une longue et périlleuse traversée vers l'Amérique, dans l'espoir d'y trouver des terres plus généreuses et de pouvoir nourrir leurs familles et descendants. La Saga des émigrants 1 nous parle de la Suède des années 1840, du pasteur Enok Brusander et de son influence sur la communauté, de l'hérésie (Åkianisme) selon laquelle les hommes devraient vivre en harmonie dans une totale communauté des biens et dans l'esprit pur de Dieu mais surtout des paysans qui animent la paroisse de Ljuder : ces hommes et femmes travailleurs qui se prennent à rêver de terres aux récoltes abondantes et prêts à tout laisser pour partir à l'aventure. Ce premier tome de La Saga des émigrants dévoile des personnages attachants, tout en distillant des données historiques et chiffrées. A partir des archives, Vilhelm Moberg brode et nous entraine dans une palpitante histoire de gens ordinaires se lançant dans une aventure extraordinaire (oui, je sais, c'était facile !). La Saga des émigrants 1 est bien écrit, documenté et terriblement captivant ! Je n'ai plus qu'une hâte : lire la suite de la saga !

Les détails du livre

La saga des émigrants 1

Auteur : Vilhelm MOBERG
Editeur : Le Livre de Poche
Prix : 6.74 €
Nombre de pages : 288
Parution : 19 juin 2002.

29 juillet 2012

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : La saga des émigrants 2 : La traversée

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives