En haut !

La meilleure d’entre nous : un roman savoureux à déguster sans modération

[Carozine dévore le roman La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN]

24 Avr. 2015

Carozine dévore le roman La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN
En cette veille de week-end, je me suis dit qu’il était important, pour ne pas dire crucial et essentiel, de vous parler de ma dernière lecture en date : La meilleure d’entre nous, premier roman de Sarah Vaughan… qui place la barre relativement haut pour la suite de son oeuvre. Quant à vous, autant vous prévenir tout de suite : vous passerez le week-end à fureter dans vos placards et à tournicoter autour de votre four, car La meilleure d’entre nous éveille de furieuses envies de pâtisserie maison ! Ce roman a même ressuscité l’envie de préparer des pâtes à choux et, quand on connait le désastre culinaire que fut la première (et la seule) tentative (il y a de cela près de dix ans !), on peut considérer que ce n’est pas un piètre compliment ! Sarah Vaughan sait vous mettre l’eau à la bouche, vous allécher et vous conduire à la force du fouet pâtissier jusqu’à la dernière page de son roman qui est une jolie réussite et donne envie de suivre la carrière frémissante de son auteur.

Imaginez la maison de vos rêves : le pavillon d’un garde-chasse ou une immense ferme pleine de recoins, aux murs festonnés de glycine, aux briques chauffées par le soleil. (…) Maintenant, représentez-vous la même bâtisse en pain d’épices, les flancs légèrement dorés, le glaçage à la royale qui ourle le toit ponctué de bonbons. Plantez des sucres d’orge dans les parterres de fleurs, arrosez de vermicelles, pavez de pastilles en chocolat. [Kathleen Eaden, l'Art de la Pâtisserie - 1966] La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN

La meilleure d’entre nous : un concours de pâtisserie et cinq concurrents

La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN [ed. Préludes]
Il était une fois une pâtissière admirée de tous et ayant pondu l’oeuvre de référence absolue : L’Art de la Pâtisserie… C’était en 1966 et Kathleen Eaden y fantasmait la vie de famille, plaçant la cuisine au centre du couple. Mariée à un homme d’affaires qui a créé une chaîne de supermarchés luxueux et éponymes, Kathleen Eaden cuisine avec frénésie et passion. Mais voilà, elle nous a quitté. Et que décide alors la chaîne de supermarchés Eaden ? De trouver la nouvelle reine de la pâtisserie en organisant un concours pour lequel ils retiennent cinq candidats : la parfaite et réfrigérante Karen, qui ne goûte pas une bouchée de ses sublimes créations et semble avoir quelques difficultés avec son adolescent de fils ; l’opulente Jenny, mère nourricière par excellence dont les oiseaux ont quitté le nid et que le mari délaisse au profit d’une subite passion pour le marathon et la cuisine ultra diététique ; Vicki, jeune mère hantée par la peur de ne pas être une mère parfaite et par la culpabilité que fait naître son sentiment de ne pas être pleinement comblée par la maternité ; Claire, mère célibataire bataillant quotidiennement pour pouvoir nourrir sa fille grâce à un poste de caissière dans un supermarché Eaden ; et, enfin, Mike, père essayant tant bien que mal d’endosser le rôle de sa défunte femme auprès de ses deux enfants mais manquant cruellement de repères maternels. Au gré du concours, les candidats s’apprivoisent et se livrent, nouent des amitiés et se jaugent.

Elle aurait dû être préparée à retrouver, en permanence, des paillettes éparpillées dans sa cuisine, aurait dû savoir qu’elle ne pouvait pas attendre d’un enfant de trois ans qu’il produise autre chose qu’une boule humide de papier mâché. Et pourtant, pour une raison mystérieuse, elle avait fermé les yeux sur tout ceci, ou fait preuve d’un optimisme naïf. La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN

La meilleure d’entre nous : une vision des femmes d’aujourd’hui pour un roman savoureux

La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN
La principale force du roman La meilleure d’entre nous réside dans ses personnages féminins avec, par leur biais, les thématiques complexes et délicates de la maternité, des relations familiales… Sans surprise, le seul personnage masculin du concours de pâtisserie, Mike Wilkinson, est relégué en second plan, laissant la part belle aux femmes du roman (et probablement, aussi, parce que Sarah Vaughan est en territoire connu quand il s’agit d’explorer les sentiments féminins). A travers ces quatre femmes diamétralement opposées, La meilleure d’entre nous évoque la culpabilité, la hantise du passé, la peur d’être soi ou de l’abandon, le difficile choix entre carrière et famille, le manque de confiance en soi et les délicates relations mère /fille. Une vaste palette d’émotions et de situations qui sonne diablement juste, approchée avec sensibilité et intelligence, sans jamais forcer les traits de caractère. Le roman La meilleure d’entre nous reprend le découpage de l’ouvrage culte de ces pâtissiers en herbe et suit, par la même occasion, le déroulement du concours : six épreuves au cours desquelles nous explorerons la personnalité des candidats, mais également l’image loin d’être aussi lisse que prévu de la reine de la pâtisserie (et ses valeurs un brin désuètes qui veulent que l’heure du thé soit ponctuée de sandwiches et de mignardises savoureuses, ou qu’une hôtesse ne peut décemment pas offrir du Nescafé à ses invités, ce serait indéniablement faillir). Des épreuves qui les mettront face à leurs blessures et les aideront à les panser car, c’est bien connu des amateurs de la chose, la cuisine est un exutoire épatant : qu’il y a-t-il de plus agréable que de pétrir une pâte quand on est un peu stressé ? qu’il y a-t-il de plus agréable après une mauvaise journée que de râper avec fièvre, de malaxer ou de ciseler ? Je vous le demande ! Avec La meilleure d’entre nous, Sarah Vaughan livre de très beaux portraits de femme et réussit à dépoussiérer avec ardeur le mythe de la cuisinière démodée : oui, une femme peut aimer cuisiner et concocter de bons desserts sans pour autant être une mégère aigrie, cloitrée dans sa cuisine ; elle peut même carrément être une femme moderne, qui s’assume sans pour autant délaisser sa famille. La meilleure d’entre nous est un roman à l’écriture alerte, aux personnages captivants et une jolie gourmandise à savourer sans culpabiliser !

Lors des périodes de tension, la pâtisserie peut avoir des vertus thérapeutiques : la cuisinière se libèrera de ses inquiétudes en pétrissant la pâte ou en préparant sa crème au beurre. Il arrivera que vous ne puissiez pas, pour des raisons pratiques, passer du temps dans votre cuisine. N’oubliez pas : vous pourrez toujours la retrouver plus tard. [Kathleen Eaden, l'Art de la Pâtisserie - 1966] La meilleure d'entre nous - Sarah VAUGHAN

Les détails du livre

La meilleure d'entre nous

Auteur : Sarah VAUGHAN
Editeur : Préludes
Prix : 14,90 € [10,99 en Kindle]
Nombre de pages : 480
Parution : 8 avril 2015

Acheter le livre


La Meilleure d'entre nous

24 avril 2015

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Aeternia -tome 1, La marche du prophète : un roman passionnant et survolté

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives