En haut !

Jusqu'à la folie : un thriller psychologique

[Critique du roman Jusqu'à la folie - Jesse KELLERMAN]

Carozine lit Jusqu'à la folie
Cet article sur Jusqu'à la folie de Jesse Kellerman était prévu, dans mon petit cerveau fumeux et fort prolifique, pour le jour même d'Halloween, histoire de vous flanquer un peu la frousse, mais ma journée, figurez-vous, fut hautement compromise par la mise en place de mon vernis à ongle couleur aubergine (Lincoln Park After Midnight, plus précisément, et les adeptes de la marque auront aussitôt reconnu les noms improbables des vernis O.P.I qui ont l'incroyable mérite d'être 100 % crualty free et végétariens, si je ne m'abuse) et l'article sur ce roman de Jesse Kellerman se trouve donc à faire la une... avec deux jours de retard. Mais comme dirait si bien la sagesse populaire "mieux vaut tard que jamais"... n'est-il pas, Docteur Watson ?! J'étais d'autant plus impatiente de me plonger dans ce livre que je l'ai gagné (yiaaaaah !!), oui oui, vous n'avez pas la berlue, j'ai bien écrit « gagné », moi la poissarde des jeux en tout genre, sur le blog de mademoiselle Sophie, ce qui tombait plutôt à pic car je n'avais plus rien à lire et mon portefeuille anorexique ne risquait pas de pouvoir débourser 22€ pour peupler ma bibliothèque "Jusqu'à la folie" (oh oh oooh appréciez l'humour).

Jusqu'à la folie : un roman qui fait tout de même un peu froid dans le dos

Jusqu'à la folie - Jesse KELLERMAN [Ed. des Deux Terres]
Revenons au lundi 31 octobre 2011 et plongez-vous dans l'ambiance macabre d'Halloween. Empoignez votre pouce et ouvrez bien grand vos mirettes : au coeur de Manhattan, un jeune étudiant en médecine quitte son hôpital grouillant d'internes détestables et de chirurgiens se prenant pour Dieu et erre dans les rues sombres, quand, soudain, il entend un gémissement et cette requête fulgurante « aidez-moi ! ». Comme nous ne sommes pas dans Superman, ne vous attendez pas à ce que notre héro, Jonah Stem, tournicote sur lui-même pour se retrouver en petit slip rouge moulant et collant d'un bleu électrique ; toutefois, Jonah va se diriger vers la scène du drame et, rendu à demi-conscient par la fatigue car il est bien connu que les étudiants en chirurgie ne dorment pas des masses, s'approche de l'homme ayant poignardé à trois reprises la jeune femme pour tenter de le désarmer… au détail près que, lors de la lutte qui suivra, l'homme s'effondrera raide mort. Adulé par la presse qui le considère comme un héro des temps modernes, humilié par ses collègues hilares devant l'article du New York Times, Jonah doit faire face aux poursuites de la famille de l'homme qu'il a malencontreusement tué et aux assauts de la jeune-femme qu'il a sauvée. Dans cet univers glauque et rude, Jonah utilisera la jolie Eve comme bouée de sauvetage... jusqu'à ce qu'il se rende compte que la bouée est complètement percée et que la demoiselle est loin de tourner bien rond.
Il était 3 heures moins le quart du matin et il marchait en direction de Times Square pour s'acheter de nouvelles chaussures. Les banales et robustes Rockport Walker qui avaient survécu à deux ans de médecine théorique avaient fini par succomber à ses réalités bassement glaireuses. Souillées au-delà du réparable, elles faisaient un bruit de succion et laissaient une traînée dans leur sillage, comme deux escargots géants. Parmi les qualités peu communes qu'elles avaient récemment acquises, on pouvait noter leur épouvantable odeur de merde humaine.Jusqu'à la folie - Jesse KELLERMAN

Jusqu'à la folie... mais pas trop quand même

Jusqu'à la folie - Jesse KELLERMAN [Ed. J'ai Lu]
Jesse Kellerman analyse méthodiquement cette plongée dans la noirceur de l'âme humaine et semble se complaire dans les descriptions un poil glauques des opérations, des internes s'agitant autour de Jonah ou du comportement d'Eve. Le style est fluide malgré la crudité de langage qui n'est pas franchement nécessaire (mais allez expliquer cela aux auteurs contemporains qui bien (trop) souvent en raffolent) et surtout l'histoire emporte le lecteur dès les premières pages. La trame n'en reste pas moins très classique et l'on pressent rapidement (du moins largement avant la fin) ce que sera la conclusion de cette agression. Un thriller psychologique qui ne révolutionne pas le genre mais qui reste plaisant à lire, même si je reste persuadée que les détails sordides sont loin d'être des éléments sine qua non d'un bon thriller.. . et sieur William Wilkie Collins, avec son Pierre de Lune en est la preuve (plus si) vivante.

Jusqu'à la folie

Auteur : Jesse KELLERMAN
Editeur : J'ai lu
Prix : 7.80 €
Pages : 448
Parution : 3 octobre 2012.


Jusqu'à la
folie

2 novembre 2012
>> Autres lectures de Carozine : L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Spivet

Lecture & Bouquins . . Caroline DEBLAIS.