En haut !

Guy de Maupassant à 20 ans (les débuts de Bel-Ami) : une plongée dans la jeunesse turbulente de l’écrivain

[Carozine dévore le roman Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN]

22 Sept. 2015

Carozine lit le roman Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN
Si les crises d’éternuements ne sont pas apaisées et que le moral joue toujours aux montagnes russes, je tenais néanmoins à vous parler d’une biographie (et, indirectement d’une collection) un peu particulière : Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami, ouvrage réalisé par Françoise Mobihan… et qui s’incruste donc dans une collection « à 20 ans » qui, comme son nom l’indique, a décidé de mettre l’accent sur la jeunesse des écrivains, leurs débuts littéraires parfois hésitants et souvent difficiles, qu’il s’agisse de Colette, de Boris Vian ou encore Albert Camus et Marguerite Duras (bon, la collection « à 20 ans » ne s’intéresse pas uniquement aux écrivains et évoque également Johnny Hallyday (ahem), Marilyn Monroe ou même Nelson Mandela…). Bref. Aujourd’hui donc, je pointe mon projecteur sur Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami et je dois dire que, malgré quelques défauts, j’ai été enchantée de découvrir la jeunesse mouvementée de cet auteur dont Une Vie a marqué mon année de troisième.

Printemps 1868. Guy de Maupassant, bientôt 18 ans, jubile comme un prisonnier en cavale. L’institution religieuse qui l’éduquait depuis ses 13 ans, à Yvetot, le chasse manu militari. Rien d’étonnant, il a tout fait pour cela. Un portier le raccompagne à Etretat, dans la villa où vivent sa mère et son frère Hervé, 12 ans. A la maîtresse de maison, le bonhomme précise que « M. Guy est pourtant un bon sujet ». L’attention lui vaut un verre de cidre, tandis que Laure de Maupassant, après un sermon de pure forme, se réjouit secrètement que son cher Guy échappe à l’austérité du cloître. Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN

Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami : un jeune provincial dans la tourmente parisienne

Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN [ed. Au Diable Vauvert]
Nous sommes en 1868 et Guy de Maupassant vient d’avoir 18 ans mais, surtout, de se faire chasser (limite avec un coup de pied dans le popotin) de l’institut religieux dans lequel il croupissait depuis des années. Libéré et enchanté de retrouver la mer, de sentir le vent sur son visage, il retourne dans la maison familiale d’Etretat, où l’attend sa mère, Laure. Délaissé par un père volage (Gustave de Maupassant) et plus concerné par ses problèmes d’argent que par son rejeton, Guy de Maupassant profite pleinement de la fureur de ses 18 ans… et des femmes, avant de s’enrôler dans les armées de Napoléon (il trouvera un poste à l’Intendance) puis, de négligemment se trouver un « remplaçant » qui fera à sa place son service militaire. Ainsi libéré de tout engagement déplaisant, Guy de Maupassant monte à Paris pour se lancer dans des études de droit, trouve un petit boulot, histoire de renflouer les caisses mises à mal par le train de vie tapageur qu’il mène dans la capitale. Car Guy de Maupassant, à 20 ans, aura tôt fait de s’inscrire dans les cercles littéraires, surtout celui de la jeune garde (avec J.K Huysmans, Henry Céard, Léon Hennique et Paul Alexis), également fréquenté par Gustave Flaubert (ami de la famille dont Guy de Maupassant ne tardera pas à être très proche, à lui soumettre ses textes et à en faire son mentor) et Emile Zola. Mais, déjà, la maladie guette et mettra à mal ce provincial plein de vivacité et d’une certaine fureur de vivre.

Toute sa vie, Maupassant ira de femme en femme. Origine plausible, parmi bien d’autres, du don-juanisme maupassantien, la séparation houleuse du couple parental et ses conséquences (place démesurée occupée par la mère, image dénigrée du père) l’ont profondément marqué. Gustave, époux inconstant et parent distrait, s’occupait peu de l’éducation de ses fils : Guy s’est servi très tôt de ces faiblesses. Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN

Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami : quelques défauts pour une biographie qui dévoile un Maupassant méconnu (de moi)

Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN [ed. Au Diable Vauvert]
Bon, commençons par ce qui m’a le plus dérangée dans cette biographie de Guy de Maupassant à 20 ans : le style de Françoise Mobihan (probablement parce que son Guy de Maupassant aux débuts de Bel-Ami s’inscrit dans une collection dont il faut assurer une certaine homogénéité) est scolaire ; on a souvent l’impression d’être un étudiant sagement assis lors d’un cours magistral… Tout cela manque d’un grain de folie et de vie, d’autant que, si j’en juge par les révélations de la biographie, Guy de Maupassant était à mille lieues de la sagesse. Ceci étant, François Mobihan a fourni un travail titanesque, richement documenté et ponctué de lettres et citations croisées entre Maupassant, sa mère et ses proches littéraires, ce qui rend Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami intensément intéressant. D’autant qu’il est servi par une écriture fluide et un texte bien construit. Et nous en venons donc à ce qui fait le coeur de cette biographie : la jeunesse survoltée d’un Guy de Maupassant que je ne soupçonnais pas. Proprement terrorisé par l’engagement (est-ce lié à la vie volage du père qui fut manifestement ravi d’être séparé de toute vie familiale ?), Guy de Maupassant sera, certes, un homme à femmes. Mais il était également un homme appréciant le sport et le grand air… semble-t-il même trop pour être crédible face à ses relations littéraires.

Il y a une fascination du sang chez Maupassant, du fluide rubis et palpitant où se mêlent désir de vie et de mort. Ainsi, le narrateur d’Amour se reconnaîtra-t-il les instincts sauvages -et les extases- de l’homme primitif : « J’aime la chasse avec passion ; et la bête saignante, le sang sur les plumes, le sang sur les mains, me crispent le coeur à le faire défaillir. » Ainsi la sensualité d’une caresse sur la fourrure « fine et exquise » d’un chat appellera-t-elle des pulsions plus troubles : « Mais elle me met aux doigts, cette robe vivante, un désir étrange et féroce d’étrangler la bête que je caresse. » Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN

Et on aborde l’une des facettes que j’ai vraiment appréciée dans Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami : Françoise Mobihan nous dévoile l'intime, les failles. Que ce soit Flaubert, Zola ou ses amis, aucun n’avait conscience de la valeur littéraire de Maupassant, trop absorbés par sa personnalité solaire et lubrique, survoltée et facétieuse. Car Guy de Maupassant à 20 ans refusait de rentrer dans le moule et était le roi des soirées parisiennes : pièces de théâtre scandaleuses ; farces graveleuses… et, parallèlement, poésie sombre et torturée, contes nostalgiques. Malgré le manque de reconnaissance de ses pairs littéraires, Guy de Maupassant ne cessera jamais d’écrire et l’appréciation du public, elle, sera bien présente à la sortie de Boule de Suif et d’Une vie. Au gré des pages, Françoise Mobihan nous dévoile une personnalité complexe, sombre et trouble… envoûtante. On découvre un Guy de Maupassant qui brûle la vie par les deux bouts, qui refuse les conventions et qui s’inspire de sa vie, de ses craintes, obsessions morbides et hantises pour rédiger ses textes… et, au-delà de Maupassant, on aperçoit le Paris de cette époque, les impressionnistes et les bords de Seine, les soirées à Montmartre et le bouillonnement littéraire de la capitale. Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami est donc idéal pour aborder des facettes méconnues de cet auteur qui reste l’un des favoris des programmes scolaires et dont j’avais une image bien trop lisse. Car il y a une multitude de textes signés Guy de Maupassant qui méritent probablement que l’on s’y attarde un peu.

Ecrire, bien sûr, travailler, composer, corriger, progresser. Mais vivre aussi. A 20 ans, même poète, même ambitieux, on ne se retire pas au désert au nom de l’art. Sans le sou quand il débarque à Paris, Guy se contente d’abord des plaisirs que la ville lui offre. Comme ces longues promenades, de jour, de nuit, à travers des quartiers neufs. Après dix-sept ans de travaux titanesques et controversés, qui l’ont éventrée, assainie, réorganisée, la capitale revue par Haussmann a repris sa respiration, même si certains chantiers perdurent. Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami - Françoise MOBIHAN

Les détails du livre

Guy de Maupassant à 20 ans, Les débuts de Bel-Ami

Auteur : Françoise MOBIHAN
Editeur : Au Diable Vauvert
Prix : 12,50 € [4,99 au format Kindle]
Nombre de pages : 168
Parution : 2 septembre 2015

22 septembre 2015

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Le secret de l’empereur : l’Histoire à travers des horloges [rentrée littéraire 2015].

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives