En haut !

Folie furieuse : du déjanté plein les yeux

[Carozine dévore le roman Folie furieuse - Jérôme ATTAL]

2 Avr. 2015

Carozine dévore le roman Folie furieuse - Jérôme ATTAL
Vous souvenez-vous de cette collection pour les pré-adolescents, intitulée Le livre dont vous êtes le héros ? Si je ne me souviens pas forcément des histoires, du moins ai-je un souvenir vivace du plaisir à la lecture de cette collection et de ses couvertures toujours vertigineuses qui m’appelaient irrésistiblement. Alors quand j’ai entendu parler de Jérôme Attal, censé être l’auteur à suivre en ce moment (et ce, depuis un petit bout de temps… à la ramasse, la Carozine !), et que je suis tombée sur cette couverture un poil rétro, ce titre qui me faisait de l’oeil (Folie furieuse) et que je me suis aperçue que je serai l’héroïne et que le labyrinthe de l’intrigue ne dépendrait que de moi, ou presque… forcément, j’ai craqué. Il me fallait Folie furieuse. Et ce fut une expérience savoureuse. Monsieur Jérôme Attal, je vous remercie bien bas de m’avoir fait revivre ce plaisir de choisir mon destin parallèle et littéraire ! Une aventure palpitante s'il en est.

La vraie solitude c’est avoir tout le monde dans le collimateur et personne en vue.
Quand vous vous engouffrez dans la voiture, vous regrettez déjà d’avoir laissé Victor, huit ans, seul avec un DVD de Dino le dinosaure, son dessin animé préféré. Bien que votre voisin vous ait confirmé qu’il passerait une tête en rentrant de son travail pour vérifier que tout est OK, l’inscription « mauvaise mère » ne manque pas de s’imprimer dans votre cerveau. Folie furieuse - Jérôme ATTAL

Folie furieuse : une mère célibataire, des hommes en tous genres et 36 solutions

Folie furieuse - Jérôme ATTAL
Là se pose un problème de taille : comment résumer un roman dont vous choisissez la fin et la trajectoire ? Excellente question, docteur Watson. Nous ne pouvons pas. Partant de ce constat tragique, je n’en ferai donc qu’à ma tête, comme toujours, et vous parlerai de mon expérience de lecture jubilatoire avec Folie furieuse. J’étais donc une fois une mère célibataire de 26 ans (du moins me semble-t-il, mais peut-être me suis-je plantée sur l’âge), d’un charmant bambin de 8 ans : Victor. Etant tombée sur une baby-sitter défectueuse et étant forcément indigne, je plante mon fils devant un film, le confie à la surveillance vaporeuse d’un voisin transi de passion pour moi, et je file en direction de la soirée anniversaire de ma super amie, Delphine, dont le quart de siècle doit se fêter dignement, vous en conviendrez. Je me trouve donc coincée dans une voiture entre deux (faux) jumeaux qui me parlent d’un vampire qui aurait atterri dans notre sombre banlieue. Oui, oui. J’arrive à la soirée organisée par la pétillante mère de Delphine, me fait coller le derrière par le jumeau pot de colle et découvre que la vie adulte sied parfois aux hommes en tombant nez à nez avec l’ancien grassouillet du lycée, Martin Lévy-Binet, devenu, entre-temps, un véritable sex symbole. Fort bien. A partir de là, la vie m’appartient.

Pourtant, le pire s’appelle : tout de suite ! Voilà que mine de rien le cul-terreux plonge deux doigts dans votre assiette et vous chipe une frite.
Dans l’état de fatigue où vous êtes, comment réagissez-vous ?
Pas très bien. Allez au 145.
Pas du tout bien. Allez au 70. Folie furieuse - Jérôme ATTAL

Folie furieuse : des trajectoires délicieuses pour une écriture qui décape

Folie furieuse - Jérôme ATTA [Ed. Pocket]L
Ne tortillons pas autour du pot de confiture à l’orange de grand-mamie : l’écriture de Jérôme Attal vaut son pesant de cacahuètes. Evidemment, les deux premiers chapitres de Folie furieuse, où il pose le tableau, sont un peu déroutant quand on n’est pas familier avec le style du bonhomme. Mais, au gré des pages et des chemins de vie parallèle, on apprécie franchement cette écriture alerte et imagée qui décape sous la cafetière. Concrètement, dans une première vie, j’ai décidé de jouer les pouffiasses et j’ai été époustouflée, et franchement hilare, de voir que Jérôme Attal a dû connaître quelques spécimen du genre dans sa vie amoureuse, quand il m’a fait mourir sans l’ombre d’un remord en me gratifiant d’un « vous êtes insupportable ». Une petite revanche personnelle, peut-être ?! J’ai donc décidé de tricher (forcément), de reprendre du début et d’être moi-même… j’ai ainsi déjoué un attentat et permis la survie des vampires aux Etats-Unis. Rien que cela. Mais j’étais harponnée et cela ne me suffisait pas. J’ai donc, à nouveau, recommencé. Cette fois, je me suis retrouvée face à ma baby-sitter défectueuse à qui j’ai donné une petite leçon avant de filer à Montpellier avec un homme marié, allez savoir pourquoi. Comme une droguée en manque, il a, nécessairement, fallu que je recommence et que je me retrouve en pleine jungle peuplée de gorilles. Ceci pour vous montrer l’étendue des ravages causés par Jérôme Attal qui s’est manifestement amusé dans cette histoire aux fins multiples et jamais ennuyeuse. Il est, par ailleurs, délectable de rencontrer des morceaux de vie non choisie (enfin, si, mais dans une vie antérieure) dans votre vie présente et de voir l’attentat s’étaler en une des journaux. Tout comme il est tentant, pour moi, de lire les chemins offerts en parallèle, juste histoire de voir ce que l’on loupe. Le plus appréciable dans Folie furieuse ? Jérôme Attal a eu la décence (et l’intelligence) de vous mettre dans la peau d’une mère célibataire plutôt dégourdie du ciboulot, qui a un sens de la répartie qui décoiffe et de la culture : une héroïne loin d’être mièvre et que vous prenez un immense plaisir à incarner, dans ses aventures loufoques et jubilatoires. Et saluons également la performance de Jérôme Attal, qui a sû raccrocher parfaitement les wagons éparpillés aux quatre coins de son roman.

Fabien tente l’apaisement.
- Pardon, tu as raison, ça n’a rien à voir, je n’aurais pas dû parler de ton fils. Ecoute, on se voit demain après-midi si tu veux. Je t’emmène au cinéma.
- Demain soir ! hurlez-vous. On se voit demain soir et je veux la totale ! Apéro dans un bar bobo sur le canal Saint-Martin avec chips du commerce équitable et vin blanc dans des verres en plastique, ensuite tu m’emmènes dîner dans un restaurant rive gauche et ça mon petit vieux, tu vas passer la journée à dégotter un endroit potable (…) Folie furieuse - Jérôme ATTAL

Les détails du livre

Folie furieuse

Auteur : Jérôme ATTAL
Editeur : Pocket
Prix : 7,70 €
Nombre de pages : 336
Parution : septembre 2013

Acheter le livre


Folie furieuse

2 avril 2015

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : La bibliothèque des coeurs cabossés : le « feelgood » du moment

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives