En haut !

84, Charing Cross Road : une correspondance farfelue et tendre

[Carozine dévore le roman 84, Charing Cross Road - Helene HANFF]

30 Juil. 2015

Carozine lit le roman 84, Charing Cross Road - Helene HANFF
Aujourd’hui, mes chers lecteurs et potentiels vacanciers désoeuvrés, je vais vous parler d’une lointaine époque… Car, il y a fort fort longtemps, souvenez-vous, on n’utilisait pas d’ordinateur et encore moins d’emails. Non, ma chronique du jour ne porte pas sur les dinosaures, l’agriculture antédiluvienne ou les dents moisies de nos ancêtres. Je vais vous parler de l’après-guerre. Laquelle ? Elémentaire (en même temps, l'après-guerre est un élément de réponse en soi, n'est-il pas) ! La seconde (oui, je sais, je suis sur une lancée WWII depuis quelques jours… passez-moi le maillot à pois rouges ! Ceux qui carburent à l’huile de foie de morue se souviennent certainement de la dernière chronique en date, portant sur le merveilleux roman d’Anthony Doerr, Toute la lumière que nous ne pouvons voir. Bref !). Je disais donc qu’aujourd’hui, je vous parle des années après la seconde guerre mondiale, alors qu’une toute jeune écrivaine (américaine : Helene Hanff) encore méconnue et logée dans un studio miteux adresse des lettres impayables à une librairie anglaise, située au 84, Charing Cross Road à Londres : Marks & co.

QU’EST CE QUE C’EST QUE CETTE SINISTRE BIBLE PROTESTANTE QUE VOUS M’AVEZ ENVOYÉE ?
Pourriez-vous avoir l’amabilité de faire savoir aux gens de l’Eglise d’Angleterre (qui que ce soit qui leur ait donné l’ordre de tripatouiller la Vulgate) qu’ils ont bousillé une des plus belles proses jamais écrites ? Ils brûleront en enfer pour ça, vous pouvez me croire !
Personnellement, ça m’est égal, je suis juive. Mais j’ai une belle-soeur méthodiste, et tout un tas de cousins presbytériens (grâce à mon oncle Abraham qui s’est converti), j’ai aussi une tante qui est guérisseuse dans le scientisme chrétien et je me plais à penser qu’aucun d’eux n’admettrait cette Bible anglicane (…). 84, Charing Cross Road - Helene HANFF

84, Charing Cross Road : une Américaine fauchée et une librairie dévouée

84, Charing Cross Road - Helene HANFF [ed. Le Livre de Poche]
Bon, il est un peu délicat de résumer un roman épistolaire consistant en une série de demandes littéraires farfelues, précises et lunatiques, comme autant de listes adressées au Père Noël… Nous sommes en 1949 et Helene Hanff, alors toute jeune écrivaine méconnue et n’ayant pas fait d’études, prend la décision de se créer une culture littéraire. Sauf qu’étant fauchée, les possibilités d’agrandissement de sa bibliothèque sont plutôt limitées. D'autant qu'elle ne souhaite acheter que des livres qu'elle a déjà lus... Pas simple, en somme, comme cliente. Heureusement, elle tombe sur une publicité pour une librairie londonienne, au 84, Charing Cross Road, spécialiste des livres anciens (et des clients extravagants, probablement)… aussitôt, elle leur envoie une première lettre :

Marks & Co.
84, Charing Cross Road
Messieurs :
D’après votre publicité dans le Saturday Review of Litterature, vous êtes spécialisés dans les livres épuisés. L’expression « libraires en livres anciens » m’effraie un peu parce que, pour moi, « anciens » est synonyme de « chers ». Je suis un écrivain sans fortune mais j’aime les livres anciens et tous ceux que je voudrais sont introuvables ici, en Amérique, sauf dans des éditions rares et très chères, ou bien chez Barnes & Noble, qui vend à des prix abusifs des exemplaires très défraîchis et ayant appartenu à des écoliers. (…) 84, Charing Cross Road - Helene HANFF

Le ton est donné : Helene Hanff adresse des demandes exaltées à un libraire… plutôt dévoué. Face à elle, Frank Doel se pliera à ses exigences fantasques et répondra avec pondération, jusqu’à ce qu’elle parvienne à faire tomber le masque et qu'il accepte d'être moins collet-monté avec elle et de se contreficher des archives de ses réponses. Vadrouillant à droite et à gauche à la recherche de la perle rare, il n'aura de cesse de répondre aux attentes d'Helene Hanff, avec ses manières très british.

FAINEANTISE :
je pourrais CREVER ici avant que vous m’envoyiez quoi que ce soit à lire. je devrais courir directement chez brentano’s, et c’est ce que je ferais si tout ce que je recherche n’était pas épuisé.
Vous pouvez ajouter les Vies de Walton à la liste des livres que vous ne m’envoyez pas. 84, Charing Cross Road - Helene HANFF

84, Charing Cross Road : un roman épistolaire ébouriffant, frais et drôle

84, Charing Cross Road - Helene HANFF
Pendant vingt ans, Helene Hanff et la librairie Marks & Co ne cesseront de s’écrire, créant les fils d’une amitié indéfectible et tendre, bien qu’épistolaire et lointaine. Car Helene Hanff ne mettra jamais les pieds en Angleterre, de toute la durée de cette correspondance fantasque où elle assume pleinement son rôle d’Américaine exubérante. Face à elle, plusieurs plumes se côtoient : Frank Doel, en charge de son dossier et entièrement dévoué à lui trouver les plus beaux livres aux tarifs les plus risibles ; Cecily Farr, plus spontanée et à travers laquelle on découvrira une Angleterre aux tickets de rationnement (jusqu’en 1953 !) où les oeufs se font rares, de même que la viande, et qui nous apprendra que la Royal Air Force s’éparpille déjà au Moyen-Orient (Bahrein et Irak) ; Nora Doel, la femme de Frank, qui évoquera la vie de famille ; Bill Hamphries, dont la grand-tante de 75 ans s’émeut du colis de viande envoyé par Helene Hanff à la librairie afin de palier les privations… 84, Charing Cross Road est un roman retraçant une correspondance pleine d’humour, de confiance et de générosité. Ah ! J’ai oublié le plus important : 84, Charing Cross Road n’est pas une oeuvre de fiction comme l’ont été les Liaisons dangereuses. Non. Il s’agit de vraies lettres échangées entre Helene Hanff et la librairie Marks & Co, pendant tant d’années et compilées, à la fermeture de la librairie, dans un roman. Roman émouvant et drôle, qui se dévore d’une traite (un peu comme une margarita)… On y parle plaisir de la lecture et des vieux livres (leur odeur, le papier qui se froisse entre les doigts, les notes dans les marges), morceaux de vie sur deux continents si différents. 84, Charing Cross Road est un roman incroyablement moderne, tant dans le franc parler d’Helene Hanff que dans sa façon de se procurer ses livres par correspondace, sans se déplacer dans la librairie du coin. On y découvre une écrivaine fantasque, qui n’achète que des livres qu’elle a déjà lus histoire de ne pas être déçue et qui n’hésite pas à lourder à la déchèterie les navets qui seraient venus se perdre chez elle. En revanche, je viens de me rendre compte que l'édition chez Le Livre de Poche est en rupture (je l'ai achetée en juin dernier) et les assoifés devront donc se tourner vers la version des éditions Autrement.

VOUS APELEZ ÇA UN JOURNAL DE PEPYS ? ce n’est pas un journal de pepys mais un minable recueil de MORCEAUX CHOISIS du journal de pepys, édité par je ne sais quelle mouche du coche, que la peste l’étouffe !
ça me donne envie de vomir.
où est donc l’épisode du 12 janvier 1688 où sa femme le chassa du lit et le poursuivit autour de la chambre avec un tisonnier porté au rouge ?
où est donc le fils de sir w.pen qui causait tant de souci à tout le monde avec ses convictions quakers ? il n’est mentionné qu’UNE fois dans tout ce pseudo-livre, et moi qui suis de philadelphie ! 84, Charing Cross Road - Helene HANFF

Les détails du livre

84, Charing Cross Road

Auteur : Helene HANFF
Editeur : Autrement
Prix : 15,00 €
Nombre de pages : 113
Parution : 10 octobre 2013

Acheter le livre

30 juillet 2015

Longtemps, je me suis couché(e) de bonne heure... pour lire. So what?!

Autres lectures de Carozine : Toute la lumière que nous ne pouvons voir : destins croisés par temps de guerre.

. . Caroline D.

Suivre & Partager

Précédents chapitres

Mes livres ♥

Mon ♥ bat + fort : jeunesse

Mes séries du moment

Les archives